Parfois nous revenons sur les lieux de découverte passées. Dans le Loiret nous avions fait un stop chez Pierre, jeune coutelier forgeron installé à Chantecoq.

Cinq and plus tard, Pierre est toujours attaché à la forge qu’il avait créée pour s’orienter de plus en plus franchement vers la coutellerie de cuisine française. Il nous attend au bout du fil. 

Et puis pour prendre du recul sur notre époque agitée et nous préparer à vivre cette nouvelle année avec plus de sagesse et de quiétude, nous nous rendrons dans le studio musical de Laure en Lozère, compositrice et violoniste, où se prépare Octave une application de musique méditative

Le message arrivé l’été dernier dans notre boîte des carnets de campagne est très détaillé et mérite que je vous le présente à mon tour. Il était envoyé par Christiane au nom de la coopérative de tourisme Les oiseaux de passage, une coopérative pour voyager autrement, peut-on lire. Cet argument est partagé par d’autres initiatives de tourisme alternatif, mais je trouve le cas présent très convaincant au point de se vouloir être un véritable antidote à Airbnb et à Booking. Voyons de plus près : « Pas d’économie prédatrice, de captation de la valeur créée par des producteurs de voyages, pas question de bonnes affaires ni de donner des notes ou de se laisser mener par un algorithme chargé de vous profiler pour optimiser les ventes ». Alors que reste-il une fois tous ces facteurs retranchés ? Il reste d’abord des histoires mises en ligne dès que vous parvenez sur la page d’accueil du site. Ainsi La coopérative, c’est une SCIC, est alimentée par les ressources provenant de 80 communautés de professionnels qui proposent dans leur région une découverte, une activité culturelle, une visite de forêt, une production locale ou encore un carnet de voyage. C’est ainsi que les fondateurs de la coopérative entendent « déconstruire le rapport entre voyage et argent. Bien sûr, en allant plus loin dans votre recherche, une carte de France s’affichera avec ses 1500 offres de parcours et d’hospitalités. Opérationnelle en France cette application se prépare à étendre sa couverture sur l’Europe. Il y en a pour tous les goûts surtout pour toutes les personnes curieuses et pas vraiment pressées que ce soit dans le Nord du Béarn ou en Bresse bourguignonne pour une tranche de sérénité.

2022, l’année Molière des 400 ans de sa naissance. C’est François qui me le rappelle. Notre correspondant connaît bien le cas Molière pour le jouer à travers deux spectacles et des actions culturelles et pédagogiques. Sa compagnie s’appelle Brouhaha et elle a le jour en 2019 dans le Loiret. Le « brouhaha est un bruit de voix confus mais au sein de la compagnie, ces agitations sont les prémices d’une récolte foisonnante », peut-on lire en préambule du site de la compagnie : https://ciebrouhaha\.com/ Brouhaha se définit comme un agitateur de spectacles et comme un empêcheur de tourner en rond. D’ailleurs à propos de tourner, notre comédien musicien chanteur aime détourner les objets, en particulier ceux du jardinage pour inventer un Scapin au jardin, une adaptation déjantée de l’œuvre de Molière qui reçoit l’approbation du jeune public. Pour les autres, les plus âgés comme vous et moi, les créations proposent une approche tout aussi décalée de Molière en respectant évidemment le texte. En parallèle, notre comédien a créé un label qui se consacre au management d’artistes français dont sa pomme puisqu’il est l’auteur d’un album « Le soleil ça s’apprend » qui fait suite à une tragédie personnelle qu’il a combattu en chanson. Ça mérite d’être écouté.

L'équipe
Thèmes associés