Nous concluons cette saison par une sorte de florilège d’initiatives qui, pour certaines, ont fait l’objet d’une chronique matinale dans le 5/7 de Mathilde Munoz au milieu d’autres entretiens tout aussi inédits.

Nous commençons aujourd’hui par une petite entreprise des Côtes-d’Armor qui travaille pour les monuments historiques en restauration de  mobilier. Sa particularité est de traiter les objets par congélation. Sylvain Sury, maître artisan en métiers d'art et créateur de l'Atelier du Vieux Presbytère est le premier invité de ces Carnets.

Et puis, à Nantes, nous irons à la rencontre de Yann Le Corre créateur d’Eclats de riz, soit une gamme de riz au lait conçue à 99% à base de produits très locaux. 

Dans la tradition de la philosophie chinoise, le Tao désigne la voie ou le  chemin tel que le taoïsme s’est efforcé de l’enseigner par  l’intermédiaire de la figure du sage Lao Tseu. Le Tao a inspiré le nom  d’une maison d’édition indépendante qui publie depuis sa création en  2008 des guides de voyage pour respecter la planète et ses habitants, Viatao. Lauréate des palmes du tourisme durable en 2020, cette maison a déjà produit une trentaine de guides dans 3 axes : France, Europe et  Monde et vient de faire paraître le guide Tao France avec quelques 2000  adresses et idées pour «voyager engagé ». L’été étant là et à l’horizon  de vos prochaines éventuelles vacances, le guide propose de nombreuses  alternatives de séjours, d’hébergements et d’activités dans les 13  régions françaises. Chaque département est organisé autour des  rubriques, se loger, se restaurer (avec des choix orientés bios, locaux,  végétariens et parfois vegans), préparer le monde de demain (avec un  tissu d‘associations, de mouvements et de lieux alternatifs, les  activités et enfin une rubrique agir. Exemple l’écolieu de Gaia Luna  dans le parc national du Mercantour, la micro-ferme de Montpellier,  l’Oasis citadine ou la ferme des Gâtines rouges en centre val de Loire  pour réaliser un séjour en wwoofing. On prône dans cette version de  vacances très douces, des moyens de déplacement tout aussi doux et  responsables, des pratiques du zéro déchet et une bonne dose de  solidarité. Le guide s’ouvre sur une série de sites d’éco-tourisme  complémentaires, ce qui fait comprendre qu’ici nous ne sommes pas dans  une attitude concurrentielle mais plutôt dans un partage d’informations.  

L'équipe
Thèmes associés