Pourquoi la perception de l’islam par la société française s’aggrave-t-elle autant ces derniers temps ? Est-ce seulement parce que les médias auraient conditionné les gens à avoir peur de cet islam, en parlant sans arrêt de terrorisme et en exagérant l’importance des questions de la burqa , des prières de rue et du marché de la viande halal ? Je voudrais proposer aujourd’hui une autre explication, à laquelle on n’accorde pas assez d’importance me semble-t-il… à savoir la responsabilité dans cette affaire de nos élites politiques, qui choisissent trop souvent la politique de l’autruche vis-à-vis de l’islam, c’est-à-dire qui préfèrent tenir des discours rassurants et très généraux auxquels, sans doute, ils ne croient pas eux-mêmes.

Qu’entend-on en effet le plus souvent sur l’islam dans la bouche de nos responsables politiques ? Des discours lénifiants, des platitudes… A savoir, que bien sûr la plupart des musulmans sont paisibles, tolérants, qu’il n’y a pas de problème de fond entre l’islam et la société française parce que l’intégrisme comme le terrorisme ne sont le fait que d’une petite minorité. Voilà typiquement la politique de l’autruche que je viens d’évoquer : on fait comme si le seul problème avec l’islam était celui posé par une petite minorité, alors que tous les jours en France les gens sont confrontés à un islam ordinaire qui certes n’est pas terroriste, mais qui est vécu de façon dogmatique et communautaire. Un islam qui est vécu et revendiqué par ses pratiquants comme vérité absolue, vérité supérieure, et qui s’affiche de façon parfois agressive et provocatrice…

Un seul exemple : il ya certes un nombre infime de burqas , c’est-à-dire de femmes intégralement voilées, mais en revanche on voit tous les jours dans nos rues que le nombre de foulards a considérablement augmenté… Et je suis désolé de le dire – mais si moi qui suis un spécialiste de l’islam je ne le dis pas qui le fera ? – ce voile est une régression pour les femmes, un retour en arrière pour la condition féminine… C’est un dogme pur et dur de l’islam traditionnaliste. Et non, cent fois non, ce n’est pas, contrairement à ce que prétendent les femmes qui le portent, un signe comme un autre de liberté d’expression ! C’est une soumission de l’esprit à la tradition, c’est un refus de penser par soi-même, c’est un refuge dans le passé et un refus du présent, c’est la soumission à un symbole historique de l’oppression des femmes musulmanes, et c’est parfois aussi la conséquence d’une intolérable pression communautaire… Et si c’est vraiment un choix personnel libre, car il y a toujours des exceptions, c’est pourtant encore dans un certain nombre de cas une liberté de bas niveau qui s’exprime ici – car faut-il le rappeler toutes les libertés ne se valent pas, il y a des libertés contestables ou condamnables qui expriment l’ignorance, l’obscurantisme, la haine, l’intolérance, bref des soi-disant libertés qui se font des illusions sur elles-mêmes… En l’occurrence, cette soi-disant liberté de porter le voile est une liberté tout à fait illusoire parce qu’elle est une pure contradiction : on n’exprime pas sa liberté à travers une soumission religieuse !

Pardonnez-moi, chers auditeurs, d’être resté un peu longtemps sur cet exemple, mais il est révélateur de ce que nos élites ne veulent pas voir : l’affirmation actuelle d’un islam régressif qui se nourrit de fantasmes sur lui-même, et qui gagne de plus en plus de musulmans en les enfermant dans des contradictions sans fin et dans l’esclavage de lois religieuses d’un autre âge… Ce qui épouvante d’ailleurs d’autres musulmans qui eux ont bien compris le danger !

Or ce n’est pas en sous-estimant ce problème qu’on le règlera. Tout au contraire ! Plus nos élites tarderont à voir les choses en face, plus ils resteront dans le non-dit et la mauvaise foi, plus ils laisseront se développer cet islam rétrograde, et plus ils laisseront les gens s’installer dans l’exaspération et le rejet vis-à-vis de cet islam… Je crois que c’est là le danger de la politique de l’autruche de nos élites : en minimisant continuellement la question, on dresse en fait la société contre elle-même, on creuse la tombe du vivre ensemble. Ce n’est pas comme ça qu’on luttera efficacement contre l’islamophobie, pas comme ça qu’on aidera les musulmans les plus lucides, les plus exigeants et les plus ouverts, pas comme ça qu’on aidera l’islam à se débarrasser de ses vieux démons : l’islam et les musulmans ont besoin de notre critique et non pas de notre complaisance ni de notre lâcheté – il faut oser demander des comptes à l’islam si l’on veut demain un véritable vivre ensemble qui ne soit plus basé de part et d’autre sur l’hypocrisie.

L'interview d'Agathe Maire :

Ludovic-Mohamed ZAHED, fondateur du collectif citoyen Homosexuels musulmans de France (HM2F).### La rubrique "Concordance des temps " d'Abdennour Bidar :

Christopher Caldwell , Une révolution sous nos yeux comment l'islam va transformer l'Europe et la France , paru en octobre 2011 aux éditions du Toucan.

Christopher Caldwell
Christopher Caldwell © Radio France /
Mots-clés:

(ré)écouter Cause commune, tu m’intéresses Voir les autres diffusions de l'émission

Sihem Habchi