Saison 4 pour 100 000 polars au soleil... Ce samedi, on met dans sa valise Carton Blême, de Pierre Siniac. Voici pourquoi.

Extrait de la couverture de "Carton blème" de Pierre Siniac (Payot & Rivages)
Extrait de la couverture de "Carton blème" de Pierre Siniac (Payot & Rivages) © DR Payot & Rivages

Imaginez un futur où votre santé serait un élément de discrimination sociale. Où vos maladies chroniques feraient baisser votre coefficient santé. Et où votre mauvais coefficient santé vous interdiraient l'accès à certains services de l'Etat.

C'est le futur glauque imaginé par Pierre Siniac, en 1985. Face au déficit de la Sécu, le gouvernement a donc tranché : les mal portants ne pourront désormais compter que sur eux même en cas de danger ou d'agression. Vous pouvez toujours appeler police-secours, les flics ne viendront pas vous aider. Parce que votre mauvaise santé a fait de vous le propriétaire d'un carton blême. Et que la police n'intervient que si un médecin vous a délivré un carton bleu.

Évidemment, chaque loi se contourne. Et le commissaire Héclans va vite comprendre qu'un trafic de cartons bleus fleurit dans la Mégapole. Et que derrière ce trafic, on trouve des médecins véreux, mais aussi des politiques sans état d'âme. C'est signé Siniac, et c'est brillant.

Et merci à Charlotte Baillon pour les lectures.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.