Dans les zones rurales au Québec, on dit souvent qu'une école qui ferme, c'est un village qui meurt.

Saint-Joachim-de-Shefford, 1300 habitants, a failli mourir. En 2005, il n'y avait plus assez d'enfants pour garder ouverte la classe de maternelle. La seule petite épicerie s'apprêtait à fermer. Mais la population s'est mobilisée. Tout le monde a mis la main à la pâte - ou à la poche - et une bonne dizaine d'années plus tard, le village ne fait plus fuir, il attire de jeunes familles... Portrait d'un lieu qui change, par Myriam Fimbry au Canada.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.