Après 10 ans passés dans les cuisines parisiennes, il rentre en Italie, son pays natal, pour découvrir comment être le parfait "oste". Le chef Tommaso Melilli nous installe à sa table et nous fait voyager avec des huiles, des épices et des histoires.

Émigration culinaire avec Tommaso Melilli
Émigration culinaire avec Tommaso Melilli © Greta Plaitano

Paris est sa ville d'accueil, le 20ème arrondissement son "chez-lui": le chef cuisinier Tommaso Melilli s'invite à la table de Chacun sa route pour faire un bond en arrière et nous raconter son chemin culinaire. 

Né en 1990 dans un petit village de Lombardie, où il était le seul enfant de son âge, il rêve très tôt de partir de cette "prison". A l'époque il ne mange pas de viande ni de légumes et juste les croûtes des pizzas... Mais vers ses 14 ans il commence à cuisiner ses propres repas et découvre sa passion. 

J'ai appris que la rage était une forme d'adrénaline, surtout en cuisine.

Avec cette envie d'apprendre et les rêves d'un garçon de 20 ans, il débarque à Paris pour étudier mais se tourne très rapidement vers la cuisine. Il découvre le monde des restaurants en gravissant les échelons petit à petit, loin de sa terre natale.    

Je me sens "local" ici à Paris et beaucoup moins en Italie. 

La rencontre entre ses aventures parisiennes et son identité italienne donnent naissance au livre de recettes et anecdotes Spaghetti Wars, publié en 2018 aux éditions Nouriturfu. En parallèle, il publie des recettes romancées sur le site de Slate France. 

En 2018, il décide de régler ses comptes avec l'Italie et part en mission culinaire. Il retrouve son rôle de dernier commis de brigade pour pouvoir mettre le nez dans l'ambiance des osterie, les auberges où les chefs sont aussi des vrais "hôtes" des lieux. 

Avec le même esprit, il amène dans les studios de France Inter du pâté de volaille - recette de sa grand-mère - un brin de nostalgie et une poignée d'histoires de cuisine, prêtes à être dégustées. 

Mon plus grand rêve en cuisine c'est d'inventer ce qu'on appelle "des plats de grand-mère". 

La lecture de Tommaso Melilli

"Je ne comprendrai jamais les raisons de cette coutume perverse qui amène les gens à se raconter leurs vacances à la rentrée. Une véritable torture narrative, tant du point de vue de la forme, mais aussi –le plus souvent– du contenu.

Par courtoisie sans doute, mais également pour signifier un intérêt sincère pour l’autre, on se résigne à s’ennuyer mutuellement avec les détails d’un séjour en Thaïlande ou des anecdotes sur la Normandie.

Il faut reconnaître que j’ai un vrai problème avec les vacances en général. Pas avec le voyage, qui est une très belle chose en soi. Juste, je n’arrive pas à comprendre pourquoi on devrait perdre du temps à s’organiser pendant des mois afin de se reposer. Si je me sens fatigué et que j’ai envie de repos, mon premier réflexe n’est absolument pas d’aller quelque part, mais plutôt de ne pas bouger.

J’ai toujours essayé, dans la mesure du possible, de m’amuser en travaillant, et d'enrober mes journées d'une agitation permanente, toujours entre le plaisir et la fatigue. Je me rends compte que j'ai l’énorme privilège d'être plus ou moins arrivé à gagner ma vie en faisant des choses que j’aime.

Je comprends parfaitement que cela ne soit pas très sexy ou intéressant à raconter, mais je ne crois pas être le seul à voir les choses de cette façon: idéalement, pour moi les vacances consistent tout simplement à arrêter de faire ce que je fais d’habitude, ou alors de le faire plus lentement: m’asseoir, jouer aux cartes, voir des amis que je ne vois pas d’habitude, manger des choses cuisinées par quelqu’un d’autre que moi, et chercher à atteindre cet équilibre intérieur qui pour l’instant m’échappe encore."

Le message de Tommaso Melilli

Soyez dans le lieu où vous êtes bien! 

La vie sur les routes: le témoignage de Vincent

Vincent arrive vers 4h du matin à Brighton, sans un lieu où dormir. Grâce à une application, Carlos propos de l'accueillir pendant quelques heures, avant que Nicolas retrouve son hôte à midi. 

Après quelques heures plutôt paisibles, une complicité s'installe. Mais cette rencontre prend une tournure inattendue quand Vincent découvre que son vrai hôte...a quelque chose en commun avec Carlos! 

Le récit complet de cette histoire d'amour et d'hasard est disponible sur Soundcloud

Appel à témoignages : cartes postales sonores 

Chacun sa route est à la recherche de témoignages de gens qui ont vécu un voyage particulier, une fugue, un faux départ, une évasion. Envoyez-nous vos récits ou vos idées à l'adresse: elodie.font@radiofrance.com

Réagissez, commentez et posez vos questions sur l'application de France Inter, sur Twitter ou sur le compte Instagram de l'émission.  

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.