Excursion au sommet des montagnes soviétiques avec le voyageur et romancier Cédric Gras.

Au cour des steppes russes
Au cour des steppes russes © Getty / Elena Liseykina

Il était une fois le voyage: rite de passage pour la jeunesse d'antan, découverte de l'inconnu ou encore exploration d'un monde qui fait rêver. Que reste-t-il des explorateurs d'autrefois ? 

Il reste Cédric Gras, voyageur du XXIème siècle. Voyageur et pas touriste, comme il met souvent en évidence cet écrivain de 38 ans qui garde toujours un pied en Russie. Presque une deuxième patrie, ce pays l'attire pour ses paysage qui échappent à la frénésie contemporaine: 

L'exotisme de la Russie, c'est l'échelle à laquelle ça se passe: son immensité. 

Au-dessus des stéréotypes  

Cédric Gras découvre la Russie pour la première fois en 2006, lorsqu'il termine ses études à Omsk avant de s'installer à Vladivostok. C'est le début d'une liaison d'amour avec un pays dont il maîtrise aujourd'hui la langue. 

Son dernier périple l'a amené à fouiller dans les archives du KGB à Moscou pour déterrer l'histoire des frères Abalakov, pionniers des montagnes russes sous le régime soviétique. Alpinistes de Staline, sorti en 2020 aux éditions Stock, est un roman qui explore le fin fond de l'ère post-révolution et les sommets montagneux si cher à l'aventurier français.  

On me demande souvent "Qu'est ce que t'as oublié là-haut?". Je pense que le bout du monde se trouve dans les hautes couches.  

Cédric Gras voyage, sans contraintes de temps ou d'espace, et raconte ce qu'il voit, ce qu'il vit. Et quel meilleur moyen pour partager ses aventure que la littérature? 

La lecture de Cédric Gras

Une poésie d'Alexandre Blok, traduite par notre invité:  

La solitude s'abat chaque fois d’un coup

Avec les derniers cris d’adieu

Les dernières poignées de main

Une secousse et le quai commence à se mouvoir

Les amis qui courent derrière les fenêtres

Jusqu’à ce que le perron s’effondre

Les sémaphores lèvent les bras

Les entrepôts s'éteignent en scintillant

La ville finit enfin

Ne reste que plaines et champs

Et la taïga du soir

Par la vitre abaissée

Te regarde longuement dans les yeux

En se souvenant

Qu’elle t’a déjà vu quelque part

Le message de Cédric Gras 

Le monde change à une vitesse incroyable, il faut mettre à jour ses connaissances donc... Il faut voyager!

La vie sur les routes: le témoignage de Morgan

Cinq jours, seul, sans eau, sur le flanc d'une montagne sacrée: voici le contexte du périple de Morgan Segui au Timor-Leste. Il vise le sommet du Manu Coco, pic de 1000 mètres considéré comme le "paradis" par les habitants locaux. Il marche dans la jungle tropicale dans ce qu'il définit "un trekking de pleine conscience", en quête de réponses existentielles. C'est pourtant une chute de 5 ou 6 mètres qui l'attend...

Morgan a raconté son aventure en détails dans ce texte en libre accès, Le parfum des parfums. 

Appel à témoignages : cartes postales sonores 

Chacun sa route est à la recherche de témoignages de gens qui ont vécu un voyage particulier, une fugue, un faux départ, une évasion. Envoyez-nous vos récits ou vos idées à l'adresse: elodie.font@radiofrance.com

Réagissez, commentez et posez vos questions sur l'application de France Inter, sur Twitter ou sur le compte Instagram de l'émission.  

Les invités
Programmation musicale
  • BENJAMIN BIOLAYComment est ta peine (radio edit)2020
  • MAYA KAMATY
    MAYA KAMATYAnsanm2014
  • ROSALIA & TRAVIS SCOTT
    ROSALIA & TRAVIS SCOTTTKN2020
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.