Avec huit titres aux Jeux paralympiques et vingt aux Championnats du monde, à seulement 26 ans elle fait partie des skieuses handisport les plus titrées au monde. Elle nous raconte la face cachée d'une vie de championne.

Sur les pistes avec la skieuse paralympique Marie Bochet. Ici en Corée du Sud, à Pyeongchang lors des Jeux paralympiques d'hiver de 2018, au Centre Alpin de Jeongseon
Sur les pistes avec la skieuse paralympique Marie Bochet. Ici en Corée du Sud, à Pyeongchang lors des Jeux paralympiques d'hiver de 2018, au Centre Alpin de Jeongseon © AFP / KARL-JOSEF HILDENBRAND / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE

Marie Bochet n'a que trois ans la première fois qu'elle accroche des skis à ses pieds. Dix ans après, elle achève sa première compétition internationale en Autriche après avoir débuté aux Championnats de France

Née à Chambéry avec une agénésie de l'avant-bras gauche, à 26 ans elle est l'athlète paralympique la plus titrée de l'histoire française. A 16 ans, elle vit une première expérience aux Jeux paralympiques 2010 au Canada en obtenant une quatrième place en slalom debout. Déçue malgré son jeune âge, elle prend sa revanche en gagnant la même année la Coupe du monde dans la même spécialité.  

Un bon skieur est un skieur qui a peur.

Mais que se cache-t-il derrière les compétitions et les déplacements d'une athlète internationale? Marie Bochet nous explique le dessous des cartes d'une carrière faite de sensations fortes, dépaysement et, aussi, paysages inattendus. De la France jusqu'en Argentine, où elle a découvert les montagnes d'Ushuaïa, elle est devenue une experte de sacs de voyage, dans lesquels elle n'oublie jamais de mettre...son oreiller! 

Si les compétitions sont devenues presque une banalité pour elle, les émotions continuent de la saisir avant chaque descente: 

Derrière le portillon de départ, tout se mélange: on a envie d'y aller et en même temps peur de descendre. 

Elle débarque aux Jeux paralympiques de 2014 à la recherche de sa première médaille d'or et rentre à la maison avec quatre titres après avoir fait la une du quotidien L'Equipe. Quatre ans après, elle est la porte-drapeau de la délégation française en Corée du Sud et répète son exploit avec quatre nouvelles médailles d'or en remportant l'épreuve de super G, celle de slalom, la descente et le slalom géant.  

La pisté évolue sans cesse, c'est toujours un nouveau voyage. 

Marie Bochet fait partie de la commission des athlètes pour les Jeux paralympiques de Paris 2024 et travaille également à l'expérience athlète pour faire vivre au mieux la culture française aux sportifs des quatre coins du monde.  

Le lecture de Marie Bochet

Un extrait du livre de Cédric Sapin-Defour Double Expresso, chroniques de l'heureux retour

Il se peut que nous allions en montagne aussi pour ça. Retrouver le vent. Nous l'acceptons bien volontiers en compagnie des cimes. Le vent. Pour un peu, une sortie sans ce souffle aurait le goût de l'incomplet et du calme inquiétant. Aller en montagne, c'est s'assurer que la Terre respire encore. 

Il est rare qu'il nous accueille en bas. Il vit là-haut. Il annonce sa présence dans la face, tranquillement, graduellement, et il nous cueille au col, toujours cette impression bizarre que le vent habite l'autre versant. Pan ! Il nous secoue sans ménagement, nous rappelant qu'ici, on ne fait que passer. 

Le message de Marie Bochet

Faites-vous confiance et suivez votre chemin! 

Appel à témoignages : cartes postales sonores 

Chacun sa route est à la recherche de témoignages de gens qui ont vécu un voyage particulier, une fugue, un faux départ, une évasion. Envoyez-nous vos récits ou vos idées à l'adresse: elodie.font@radiofrance.com

Réagissez, commentez et posez vos questions sur l'application de France Inter, sur Twitter ou sur le compte Instagram de l'émission.

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.