Raphaël Pitti a parcouru le monde entier pour sauver des vies dans les zones de conflit. D'abord médecin de guerre dans les commandos marine, il est aujourd'hui engagé dans des missions humanitaires : il s'est rendu 29 fois en Syrie depuis 2012.

Raphaël Pitti
Raphaël Pitti © Quentin Casier

Né à Oran en 1950 et issu d'une famille italienne, il baigne dans la diversité culturelle depuis son jeune âge. L'identité italienne se mélange à la langue française, parlée en famille, et aux ambiances maghrébines. Alors que la guerre d'Algérie éclate dans les rues, il embrasse la tenue de scout, véritable "école de vie" jusqu'à ses 17 ans. 

Après avoir vécu en exil à Paris lors de l'Indépendance de l'Algérie en 1962, il revient en France pour commencer des études de médecine après le bac. A la fin de ses études, il est sur la route de premier poste en néphrologie quand il décide de faire marche arrière. Il choisit de quitter sa spécialisation pour suivre sa passion : travailler dans l'urgence et la réanimation

Pendant huit ans j'avais été une tête et là je voulais devenir un corps. 

Malgré les années vécues sous la guerre, il décide d'entamer une carrière militaire. Cependant, il ne touche jamais à une arme et continue son parcours d'études avec une formation de médecin militaire à la marine de Toulon.  

Les années suivantes, il suit les troupes françaises au gré des conflits au Tchad, aux Comores et dans les Balkans. En 1987, il est confronté au terrorisme lorsqu'il occupe un poste à l'hôpital militaire de Djibouti en tant qu'anesthésiste-réanimateur. Il se retrouve ensuite coincé pendant six mois dans le Golfe, pendant la guerre de 1990-1991. 

J'avais envie d'être dans le mouvement, dans l'action. 

A 50 ans il continue d'être en première ligne pour soigner les malades alors que l'armée souhaite le placer dans l’administration. Il quitte ses fonctions en 2003, avec deux étoiles de général, pour prendre la direction du service de réanimation à Metz. Depuis 2012 il se consacre à des missions humanitaires, dont des missions médicales d'urgence en Syrie

En 2018 il a publié sa biographie Va où l'humanité te porte aux éditions Taillandier. 

La lecture de Raphaël Pitti

Un extrait de Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke:  

"Et si nous revenons à la solitude, il nous devient de plus en plus clair qu’elle n’est pas une chose qu’il nous est loisible de prendre ou de laisser. Nous sommes solitude. Nous pouvons, il est vrai, nous donner le change et faire comme si cela n’était pas. Mais c’est tout. 

Comme il serait préférable que nous comprenions que nous sommes solitude ; oui : et partir de cette vérité !

Ainsi pour celui qui devient solitude, toutes les distances, toutes les mesures changent.

Nous devons accepter notre existence aussi complètement qu’il est possible. Tout, même l’inconcevable, doit y devenir possible. Au fond, le seul courage qui nous est demandé est de faire face à l’étrange, au merveilleux, à l’inexplicable que nous rencontrons. 

Celui-là seulement qui s’attend à tout, qui n’exclut rien, pas même l’énigme, vivra les rapports d’homme à homme comme de la vie, et en même temps ira au bout de sa propre vie."

Le message de Raphaël Pitti

Croyez dans la vie ! 

Appel à témoignages : cartes postales sonores 

Chacun sa route est à la recherche de témoignages de gens qui ont vécu un voyage particulier, une fugue, un faux départ, une évasion. Envoyez-nous vos récits ou vos idées à l'adresse: elodie.font@radiofrance.com

Réagissez, commentez et posez vos questions sur l'application de France Inter, sur Twitter ou sur le compte Instagram de l'émission. 

Les invités
Programmation musicale
  • ORANGE BLOSSOMYa sidi (radio edit)2014
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.