L'homme ne pollue pas que les océans mais aussi l'espace ! Le nettoyer de ses débris et faire de l'astrophysique une discipline écolo... voilà donc l'objectif que s'est fixé la chercheuse Fatoumata Kebe, aujourd'hui au micro d'Elodie Font. En route vers les étoiles !

Fatoumata Kebe
Fatoumata Kebe © Laurence Geai

De Montreuil aux étoiles

Fatoumata Kebe est née en 1985 à Montreuil et a grandi à Noisy-Le-Sec. Aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle a toujours voulu travailler « sur les étoiles ». 

Inspirée par les livres que son père lui faisait recopier pour qu’elle écrive bien, les documentaires de la 5 (aujourd’hui Arte), et la contemplation presque obsessionnelle d’un atlas, « Je savais ce que je voulais faire mais ne connaissais pas le chemin pour y arriver. » Et comme son père, cariste, et sa mère, femme de ménage, immigrés maliens originaires du village de Kersignané Diafounou (région de Kayes), n’ont pas pu jouer les éclaireurs, il a fallu la trouver toute seule, cette voie, en misant sur l’école. 

En banlieue, on n’a pas forcément les mêmes opportunités, on ne bénéficie pas des mêmes accès à l’information. 

A défaut de tenter une prépa, pour pouvoir espérer rejoindre une école supérieure, elle est orientée vers la filière universitaire. Dès le début, sa famille l’observe avec bienveillance. Ce n’est qu’après son baccalauréat scientifique et son admission à l’université Pierre-et-Marie-Curie que la jeune femme se sentira réellement soutenue. 

Pur produit de la méritocratie républicaine à la française, elle bénéficie d’une bourse, s’installe dans un logement étudiant parisien dès 20 ans, passe un an au Japon dans le cadre d’un échange universitaire, avant d’obtenir un master d’ingénierie mécanique, et mécanique des fluides et de commencer sa thèse d’astronomie, en 2012. L’objet de sa thèse se résume ainsi : "Etude de l’influence des incréments de vitesse impulsionnels sur les trajectoires des débris spatiaux". 

L’astronomie, c’est vaste et compliqué. Ça ne se limite pas à l’observation des astres. Aujourd’hui, nous faisons des calculs sur des machines, on étudie des marées. C’est loin d’être seulement de l’abstrait, nous faisons des choses très concrètes, notamment en recherche appliquée. 

Ses études et autres concours la mènent aussi en Inde, aux États-Unis ou au Mali. Lauréate du concours mondial des jeunes innovateurs de l'Union Internationale des Télécommunications, Fatoumata Kebe travaille sur une méthode de nettoyage de l'espace. Après sa thèse, elle se rêve en astronome, en chercheuse, même si « c’est vraiment la crise dans le milieu » et que les rares places y sont chères... Alors, elle pense plutôt à entamer une carrière de chercheur-entrepreneur, en s’appuyant sur des fonds privés. 

D'astre en astre

En 2014, elle crée l’association Ephémérides et donne des cours d’astronomie et de prise de confiance en soi à des élèves d’établissements situés en zones sensibles, à la demande de professeurs inquiets face à la démotivation de certaines classes. « La plupart n’ont même pas 15 ans et se disent qu’ils ne peuvent être que caissier chez KFC. L’esprit de combativité qui existait au sein de ma génération est comme perdu. C’est terrible. » assure-t-elle. Alors, comme « enseigner, ce n’est pas vraiment [son] truc », elle procède à sa manière, en leur demandant dès les premiers instants « d’écrire leur rêve sur un papier ». 

Son rôle ? Leur expliquer, à son niveau, quel chemin emprunter pour tenter de le réaliser. A l'aide d'un télescope, l'astronome fait partager sa passion à ceux qui n'osent pas lever les yeux vers les étoiles. Elle leur raconte comment un enthousiasme peut éclairer une vie, comment une obsession peut-être une chance. Elle veut transmettre aux générations futures le goût du lointain, l'envie de toucher les nuages. 

Aujourd'hui, Fatoumata Kebe vient nous présenter son passionnant champ d'expertise : nettoyer l'espace de ses déchets. Les débris de satellites et des fusées représentent un danger aussi bien sur terre que dans l'espace. 

  • dans l’espace car ils peuvent percuter des satellites opérationnels.  
  • sur terre, ils peuvent impacter des zones habitées même si aucun cas n’a encore été recensé. 

Fatoumata Kebe vient également nous présenter son nouveau livre passionnant Lettres à la Lune aux éditions Slatkine and Cie. La docteure en astronomie a eu l'idée de raconter le roman de la Lune en réunissant les plus belles et les moins connues des légendes de cet astre. Des livres sacrés des Aztèques aux intuitions d'Hergé, en passant par Cyrano de Bergerac et Shakespeare, voici le roman de la Lune par ceux qui l'ont inventée.

Et vous, qu'est-ce que la Lune vous inspire ? Saviez-vous qu'il y avait des déchets dans l'espace ?

N'hésitez pas à participer à l'émission en posant toutes vos questions relatives aux déchets spatiaux.

Pour participer : 

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, Twitter, et au 01 45 24 7000, nos invités répondent en direct à vos interrogations.  
►►► Envoyez-nous via les réseaux sociaux et par mail vos questions et vos réactions.

Chronique

Fanny Cheyroux de "La Croix" : L'emprise de l'espace-temps sur l'être humain

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.