Un invité vient partager les livres de son enfance, adolescence, âge adulte, et son livre de l'été ! Un portrait littéraire à travers les livres qui ont marqué sa vie...

Léa Fazer
Léa Fazer © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Léa Fazer, réalisatrice et scénariste de films, notamment pour Ensemble, c'est trop et Maestro, de téléfilms et metteuse-en-scène au théâtre... Léa Fazer et les livres de sa vie :

Chapitre 1, l'enfance

Michka, de Marie Colmont (1941) : Conte illustré par Feodor Rojankovsky, il est devenu un grand classique de Noël. L'histoire raconte les aventures de Michka, un petit ours en peluche, qui malmené par sa maîtresse Elisabeth, une petite fille bien capricieuse, décide de s'enfuir tout seul dans la forêt. Il rencontre les rennes de Noël en pleine distribution des cadeaux et rejoint le traîneau. Mais à la dernière maison, Michka réalise que le sac est vide et décide de faire sa bonne action de Noël. Il sacrifie sa liberté et se glisse dans l'une des bottes du petit garçon, qui le trouvera le lendemain matin.

Chapitre 2, l'adolescence

Orgueil et Préjugés, de Jane Austen (1813) : Titre original Pride and Prejudice, roman de Jane Austen (1775-1817). Derrière les aventures sentimentales des cinq filles de la famille Bennet, elle dépeint les rigidités de la société anglaise au tournant du XVIIIème siècle et du XIXème siècles. Et à travers le personnage principal d'Elizabeth, elle soulève les problèmes auxquels sont confrontées les femmes de la petite gentry campagnarde pour s'assurer sécurité économique et statut social. Elle prend le risque de refuser deux offres de mariage qui lui assureraient un avenir matériel car elle attend du mariage non pas la sécurité mais "un vrai et solide bonheur". Puis elle commence à douter d'elle-même et de ses certitudes sur les autres, notamment un certain Monsieur Darcy....

Les Frustrés, de Claire Bretécher (entre 1943 et 1981) : Série de bandes dessinées humoristique, où Claire Bretécher met en scène des hommes et des femmes, souvent issus d'un milieu intellectuel aisé, bourgeois-bohèmes, soixante-huitards sur le déclin... et confrontés à leurs petits tracas quotidiens. Elle évoque les méthodes d'éducation, les conflits entre les générations, l'émancipation des femmes, la vie conjugale et ses crises, la décadence de la société, la politique, etc.

Chapitre 3, l'âge adulte

A la courbe du fleuve, de Vidiadhar Surajprasad Naipaul (1979) : Titre original A Bend in the River, roman britannique se déroulant dans un pays africain sans nom après l'indépendance. Salim, le narrateur, musulman indien, propriétaire d'un magasin, donc ni européen ni africain, observe les changements rapides du pays avec un regard d'étranger.

Moi René Tardi prisonnier de guerre au Stalag IIB, de Jacques Tardi (2012) : Bande dessinée où Jacques Tardi concrétise un projet mûri de longue date : transposer en bande dessinée les carnets de son propre père sur ses années de guerre et de captivité en Allemagne. Après avoir beaucoup travaillé sur la guerre 14-18, Jacques Tardi se penche pour la première fois sur la Seconde Guerre Mondiale, et développe un projet profondément personnel en mettant en images l'histoire de son père militaire.

Chapitre 4, le livre de l'été

Matin de roses, de Naguib Mahfouz (1998) : Homme de lettres égyptien, Naghib Mahfouz (1911-2006) a reçu le prix Nobel de littérature en 1988. Dans ce roman, il dresse un portrait de la société égyptienne qui cherche à concilier tradition et modernisme. Un condensé de l'histoire politique et sociale de l'Egypte du XXème siècle, de la monarchie aux années Sadate, à travers ses souvenirs d'enfance et les itinéraires de quinze de familles du Caire prises entre compromissions, engagements politiques, misère ou enrichissement.

Le libraire

Jean-Baptiste Hamelin de la librairie Le Carnetàspirales à Charlieu dans la Loire

  • le best-seller de sa librairie : Article 353 du code pénal, de Tanguy Viel (éditions de Minuit – janvier 2017). Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec. Il faut dire que la tentation est grande d'investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu'il soit construit.
  • son coup de coeur : L'Art de perdre, d'Alice Zeniter (éditions Flammarion – août 2017). L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus depuis longtemps de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ? Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.
Léa Fazer et Mathias Deguelle
Léa Fazer et Mathias Deguelle © Radio France / Véra Lou Derid

C'est assez mystérieux pourquoi j'ai tant pleuré en retrouvant le livre 'Michka'.

Dédicace de Léa Fazer à Chassé Croisé
Dédicace de Léa Fazer à Chassé Croisé © Radio France / Mathias Deguelle

En partenariat avec la Revue PAGE des libraires

Retrouvez le numéro de la rentrée chez votre libraire !
Retrouvez le numéro de la rentrée chez votre libraire !

Générique de l'émission : RATATAT "Countach" - Album Magnifique - Because Music - 2015 / compositeurs : Evan Mast - Mike Stroud

Programmation musicale:

  • My old man, Marc Demarco
  • Bar de nuit, Sandor
  • Satellite of Love, Lou Reed
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.