Et vous, ça vous arrive d’avoir comme ça des bouffées de gratitude qui vous font monter au ciel ?

Et vous, ça vous arrive d’avoir comme ça des bouffées de gratitude qui vous font monter au ciel ?
Et vous, ça vous arrive d’avoir comme ça des bouffées de gratitude qui vous font monter au ciel ? © Getty / Stephen Swintek

Cette semaine, je bavardais avec un ami bouddhiste, qui venait de se faire opérer du genou. Après m’avoir donné de ses (bonnes) nouvelles, il me raconte qu’à son réveil de l’anesthésie, il a vécu des moments de bonheur intenses : il s’était alors senti profondément apaisé, avec la présence au cœur de tous ses maîtres bouddhistes, et emporté par une immense vague de très profonde et très durable gratitude.

Je l’écoutais attentivement, parce qu’il y a quelques années, j’ai fait la même expérience : en salle de réveil, je m’étais senti comme en apesanteur, porté par un énorme nuage de gratitude. Gratitude pour les soignants, les chirurgiens, les médecins, les infirmières... Puis, dans les heures et les jours suivants, gratitude pour tout le monde : mes proches qui me rendaient visite, mes amis, je faisais un grand récapitulatif de toute ma vie, et de tous les humains pour qui je pouvais éprouver de la reconnaissance, pour ce qu’ils m’avaient offert en termes d’amour, d’affection ou de bons moments.

Même - voyez comme ça allait loin - pour le groupe pop Procol Harum et pour son tube célébrissime…

_♪ "We skipped the light fandango
turned cartwheels 'cross the floor
I was feeling kinda' seasick
the crowd called out for more
the room was humming harder
as the ceiling flew away
when we called out for another drink
the waiter brought a tray
and so it was that later
as a mirror told its tale
that her face at first just ghostly
turned a whiter shade of pale" ♫

Eh oui, à l’époque où j’étais lycéen et étudiant, on dansait encore le slow, et c’était vraiment intéressant pour se coller aux filles en leur parlant dans l’oreille. D’où ma gratitude pour Procol Harum, même si – à ma connaissance - ils n’avaient pas écrit la chanson pour moi !

Après tout, je me sens aussi plein de gratitude quand je contemple un beau paysage, quand je savoure un bon fruit, quand je lis un beau livre, même s’ils n’ont pas été conçus pour ma petite personne.

J’aime beaucoup les exercices de gratitude : repenser le soir en m’endormant à quelques beaux moments de la journée que je dois à d’autres humains ; ou approfondir ma méditation du matin par la conscience de ce sentiment de dette joyeuse, que j’éprouve envers tant de personnes dont j’ai croisé le chemin, et qui m’ont fait du bien, de façon volontaire ou non, à un moment ou un autre de ma vie.

Quand je suis immergé dans la gratitude, je sens mon cœur qui s’ouvre et se réchauffe (et d’ailleurs, toutes nos études scientifiques montrent que l’émotion de gratitude est non seulement légitime et agréable, mais bénéfique pour notre santé).

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.