Transformer la puissante pétromonarchie en haut lieu du tourisme et de la culture, tel est l’objectif affiché par l’Emir Tamin Ben Hamad Al Thani l’homme fort du pays qui, comme ses puissants voisins, se prépare à "l’après pétrole" en faisant du Qatar une destination touristique tendance.

Doha, les building de la corniche et la tour  bleue de la Qatar Petroleum
Doha, les building de la corniche et la tour bleue de la Qatar Petroleum © Radio France / Philippe Lefebvre

Quand on arrive au Qatar(arrivée grandement facilitée par le fait que le visa touristique n’est plus obligatoire) il faut oublier tout ce que l’on sait ou que l’on croit savoir sur les trépidants émirats du golfe avec leurs centres commerciaux gigantesques, leurs parcs d’attractions ou leurs pistes de ski avec véritable neige de culture dans des hangars. 

Même si à Doha sur l’avenue de la Corniche vous pouvez admirer comme dans d’autres émirats de la région de superbes buildings, véritables délires architecturaux, vous vous apercevrez très vite que coté tourisme ici on joue la carte d’une certaine retenue  voir d’une grande discrétion y compris lorsqu’il est question de la fréquentation touristique. Le très discret QTA (l’office du tourisme du Qatar) se contente de rappeler l’objectif de l’émir à savoir recevoir à l’horizon 2023  6 millions de touristes ce qui devrait rapporter un peu plus de 10 milliards d’euros au pays et représenter  3,8% du PIB.

Un musée incontournable

Mais se montrer discret ne veut pas dire que le pays n’a pas beaucoup de choses à montrer. Bien au contraire. Ainsi toute visite de la capitale doit forcément débuter par la découverte du Musée d’Art Islamique, tout d’abord pour admirer le bâtiment imaginé par Ieoh Ming Pei l’architecte sino-américain à l’origine de la pyramide du Louvre, et ensuite pour découvrir les 9000 pièces et œuvres d’arts exposées ici et qui retracent 1400 années d’histoire religieuse. En sortant du bâtiment en forme de pyramide, ne manquer pas d’observer son sommet qui représente les yeux d’une femme voilée.

Doha. Le Musée de l'art islamique
Doha. Le Musée de l'art islamique © Radio France / Philippe Lefebvre

Ensuite à quelques pas de là il faut se rendre au Souq Waqif (ouvert à partir de 15h) le marché centenaire du centre de la capitale. On y trouve de tout et notamment des objets à l’effigie de l’Emir ou des bijoux en or qui se vendent ici au poids. Ce souq a aussi la particularité d’accueillir des commerçants d’un genre particulier puisqu’ils vendent des faucons.

Le puissant volatile est utilisé pour la chasse dans le désert, une véritable institution dans le pays au point que les qataris peuvent dépenser jusqu’à 20 000 euros pour un animal de compétition, animal qui pourra aussi être soigné dans une clinique vétérinaire dédiée et implantée également dans le souq.

Dans la culture de l’émirat, le rapport à l’animal est particulièrement important et c’est sans doute ce qui explique que le Qatar s’est doté d’un incroyable centre équestre ou l’on élève 740 pur-sang arabes. Le site s’étend sur 950 000 mètres carrés avec carrières climatisées, hôpital, centre de balneo thérapie pour chevaux et institut de formation aux métiers du cheval. Un lieu unique au monde mis en avant dans la candidature du Qatar pour les jeux équestres mondiaux de 2022.

Pur sang arabe au centre équestre Al Shaqab
Pur sang arabe au centre équestre Al Shaqab © Radio France / Philippe Lefebvre

Escapade dans le désert 

Enfin, bien entendu quand on pense aux émirats du golfe, on pense aussi au désert. Le désert vous le rencontrerez à une heure de route de Doha, et la vous pourrez y pratiquer le « dune bashing » en clair le franchissement de dunes en 4X4. C’est l’une des activités favorites de la jeunesse dorée qatari et c’est devenu également un produit touristique. Toutefois l’activité n’est pas sans risques alors mieux vaut passer par un tour operator local spécialisé comme Q explorer qui proposent des circuits dans le désert avec une nuit sous la tente dans un camp situé sur une immense plage avec vue imprenable sur le golfe arabo-persique.

Venir au Qatar

Pour découvrir le Qatar, certains tour operator proposent des séjours d’une semaine vol compris au départ de Paris pour 1000 à  1500 euros par personne.

Coté vols Qatar Airways proposent des tarifs à partir de 375 euros en aller simple. Sachez que la compagnie nationale qatarie propose également pour les passagers en correspondance des formules de stop over qui vous permettent de passer deux ou trois jours à Doha avant de reprendre l’avion pour poursuivre votre voyage. Mieux encore pour les passagers ayant une correspondance de plus de 5 heures Qatar airways vous propose également une formule découverte de quelques heures dans la ville tout en laissant vos bagages à l’aéroport le tout à des tarifs allant de 10 à 70 euros selon la formule bus ou chauffeur privé.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.