Disneyland Paris participe pour la première fois de sa jeune histoire aux journées du patrimoine. Logique quand on sait que 1500 artisans d’art travaillent dans le parc.

Une des attractions de Disneyland Paris
Une des attractions de Disneyland Paris © Radio France / Philippe Lefebvre

Avouons-le, quand on nous a annoncé que Disneyland Paris allait participer cette année et pour la première fois de son histoire aux journées du patrimoine, nous avons eu un peu de mal à y croire. Comment ? Le royaume de Mickey sur la même liste de hauts lieux historiques comme le Louvre, le Mont saint Michel, ou encore la cité médiévale de Carcassonne ?

Certains amoureux du patrimoine n’ont d’ailleurs pas hésité, ces dernières semaines, à crier au scandale. 

Pourtant il y a une logique dans tout cela. Car Même si le premier parc d’attraction européen ouvert depuis 26 ans n’est pas loin s’en faut un site historique, il a de nombreux liens avec à la fois l’histoire et le patrimoine européen mais également avec celles et ceux qui font qu’aujourd’hui nous pouvons encore profiter de ce patrimoine : les artisans d’art.

1 400 artisans d’art travaillent chaque jour à la création de nouveaux décors dans le plus grand parc d’attractions d’europe
1 400 artisans d’art travaillent chaque jour à la création de nouveaux décors dans le plus grand parc d’attractions d’europe © Radio France / Philippe Lefebvre

En effet on le sait peu, mais dans les coulisses du parc 1500 artisans d’art travaillent dans le plus grand secret à la fabrication de nouveaux éléments utilisés dans le parc (vitraux, citrouilles en bronze, tapisseries…). Mieux le parc a su conserver une trentaine de métiers rares voir en voie de disparition pour répondre à ses besoins, et c’est aujourd’hui dans ces mêmes coulisses que ces métiers connaissent une nouvelle jeunesse via l’apprentissage. 

Et force est de constater que dans le futur le parc en aura de plus en plus besoin de ces artisans-artistes car dans les prochaines années trois nouveaux univers vont ouvrir leurs portes autour de « la reine des neiges »  de« star wars » et des «super-héros marvel ». Au total le parc prévoit de recruter 2500 nouveaux collaborateurs dont de nombreux artisans héritiers sans le savoir de Peter Chapman, le créateur des vitraux du premier château de la belle au bois dormant en Californie au milieu des années 50 et qui auparavant avait restauré rien moins que les vitraux de… Notre Dame de Paris

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.