Liberté, Folie, Amour, voila trois mots qui pourraient bien résumer San Francisco. Une ville dont on peut vite tomber amoureux

L' un des Cable Cars de San Francisco
L' un des Cable Cars de San Francisco © Radio France / Philippe Lefebvre

En Californie s’il y a des villes qui font rêver il y a aussi celles qui vous donnent envie d’y vivre, et nul doute que San Francisco fait partie de cette deuxième catégorie. Certains iront même jusqu’à affirmer que ce qui fait son charme c’est qu’elle est probablement la plus européenne des villes américaines.

D’autres trouveront qu’ici plus qu’ailleurs dans le pays le mot liberté a un véritable sens et une traduction concrète dans la vie de tous les jours.

Le pont du Golden Gate de San Francisco dans la brume du petit matin.
Le pont du Golden Gate de San Francisco dans la brume du petit matin. © Radio France / Philippe Lefebvre

Enfin pour une dernière catégorie San Francisco reste la ville de la création, artistique symbolisée par l’ouverture du nouveau moma, le plus grand musée d’art moderne des états unis mais aussi technologique avec la proximité de la silicon valley.

Pour tout cela et pour plein d’autres choses il ne faut plus hésiter à profiter des tarifs très attractifs que proposent les compagnies aériennes pour vous y rendre.

Et toute visite à San Francisco doit commencer par l’incontournable pont du Golden Gate. C’est LA carte postale de la ville, mais c’est aussi un lieu magique. Mon conseil : prenez le bus qui du centre-ville vous conduira à l’entrée du pont puis traversez le… à pied. Aucun risque les voitures sont assez loin de vous et deux files de circulations sont proposées une pour les piétons et l’autre pour les cyclistes. 

Dans le parc du Golden Gate de San Francisco, le jardin japonais
Dans le parc du Golden Gate de San Francisco, le jardin japonais © Radio France / Philippe Lefebvre

Trois kilomètres plus loin vous aurez le choix entre faire demi tour ou descendre jusqu’à Sausalito petite station balnéaire plutôt sympathique ou vous trouverez les ferrys qui vous reconduiront au port de San Francisco en passant devant la prison d’Alcatraz.

Mais bien entendu il ne faut surtout pas se limiter à cette vision de la ville et il faut emprunter tramways et câble car pour vous rendre dans les quartiers qui ont marqué l’histoire récente de la ville. 

Par exemple, vous pouvez commencer par Haight Ashbury non loin du Golden Gate Park. Quartier culte pour tous les amateurs de pope culture puisque c’est là qu’est né en 1967 le mouvement hippie lors du summer of love, vaste rassemblement joyeux coloré et musical dont il reste des traces aujourd’hui y compris dans certaines boutiques ou l’on vous proposera certains produits interdits à la consommation dans l’hexagone.

Ensuite poursuivez votre chemin vers Castro qui demeure le quartier emblématique de la communauté gay. Vous y ferez parfois des rencontres étonnantes donnant tout son sens au mot liberté puis vous marcherez sur les traces d’Harvey Milk le premier élu ouvertement homosexuel des états unis.

Enfin bien sur comment venir à San Francisco sans déambuler dans les rues du même nom célébrées dans les années 70 par une cultissime série tv avec Karl Malden et Michael Douglas. Les pentes sont toujours impressionnantes (notamment Lombard Street) et de ce point de vue je vous conseille la descente en câble car jusqu’au port le Pier 39 pour gouter quelques spécialités de produits de la mer.

Mais, bien entendu, impossible de résumer San Francisco à ces quelques visites. C’est une ville où il faut prendre son temps et ne pas hésiter à utiliser des moyens de transports originaux comme les tramways qui viennent du monde entier ou réserver une visite guidée dans ce que l’on appelle les «love tour» grande balade dans la ville dans un vieux combi Volkswagen bariolé et surtout au son des chansons des années 60 et 70.

En une phrase : oubliez que vous êtes touristes et laissez-vous porter par la ville.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.