Qui s'est posé sur la Lune le premier ? Peut-on partir n'importe quand pour le satellite naturel de la Terre ? Est-ce que la mission Apollo XI ne fut que "mer de tranquillité" ? Jean-Pierre Luminet nous emmène dans les pas de ceux qui ont fait la conquête spatiale.

 Envoyé par l'URSS, Luna 9 fut le premier appareil à pouvoir se poser sur la Lune en 1966. Les Soviétiques pourtant ne seront pas les premiers à marcher à sa surface.
Envoyé par l'URSS, Luna 9 fut le premier appareil à pouvoir se poser sur la Lune en 1966. Les Soviétiques pourtant ne seront pas les premiers à marcher à sa surface. © Getty / Sovfoto

Si la conquête spatiale a connu un formidable essor après la Seconde Guerre mondiale, c'est en grande partie grâce à la lutte acharnée que se sont livrés l'URSS et les États-Unis, alors en pleine guerre froide. 

Car s'il fallait faire avancer la science, il fallait surtout battre l'adversaire idéologique et politique sur tous les terrains. La conquête du ciel était aussi la conquête du pouvoir terrestre.

De leur côté, les Russes voulaient miser sur une station orbitale permanente. Dans le camp d'en face, John Fitzgerald Kennedy, tout jeune Président américain, réclamait la Lune aux hommes de la NASA avant la fin des années 1960. 

Pourtant, le premier appareil à se poser sur la Lune n'était pas américain mais russe, et il s’appelait Luna 9. Il alunit en 1966. 

La NASA réussit l'alunissage avec Surveyor 1 et Surveyor 6, qui lui, put redécoller. Ils cartographièrent la surface de la lune également avec les sondes Lunar orbiter. Mais pour aller sur la Lune, il fallait choisir le bon créneau pour un lancement. Un premier vol partit fin décembre 1968 avec Apollo VIII et les missions se sont poursuivies jusqu'en mai 1969, avec Apollo X.

Enfin le 21 juillet 1969, Apollo XI décolla pour la "mer de tranquilité" mais une panne d'ordinateur les fit alunir à 12 kilomètres du point prévu, en mode manuel. Et lors de leur sortie sur la Lune, Neil Amstrong et Buzz Aldrin tardent à remonter pour prolonger l'aventure, la première exploration du satellite naturel. Sauf que les réserves d'oxygène n'étaient pas extensibles et on leur ordonna de rentrer sous peine d'y laisser leur vie.

Cette réussite scientifique et humaine émut le public un temps, mais l'intérêt pour l'exploration lunaire et les dotations budgétaires n'allèrent pas en grandissant, le Congrès interrompant à partir de 1972 les voyages vers la Lune.

Le 24 juillet 2018, la NASA a mis en ligne sur son site 19 000 heures d'enregistrements entre la mission Apollo XI et la terre, et c'est à retrouver ici.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.