Le temps de la Terre est compté et la survie de l'humanité passera fort probablement par un départ pour l'espace. Mais à quoi pourrait ressembler ce grand voyage s'il était un jour rendu possible ?

La survie de l'humanité passera peut-être par des "arches" spatiales qui nous permettront de voyager dans l'espace à la recherche d'une nouvelle planète.
La survie de l'humanité passera peut-être par des "arches" spatiales qui nous permettront de voyager dans l'espace à la recherche d'une nouvelle planète. © Getty / VICTOR HABBICK VISIONS/SCIENCE PHOTO LIBRARY

La plus proche des exoterres, planètes qui ressembleraient à la nôtre, s'appelle Proxima Centauri B et serait, selon les premières constatation, un lieu idéal pour l'espèce humaine. Mais elle se situe à 40 000 milliards de kilomètres.  

Un bien long, trop long voyage. Même si nos fusées atteignaient 1% de la vitesse de la lumière, il nous faudrait 420 ans de trajet pour l'atteindre. 

Pour envisager ce type d'expéditions, les scénarios sont dignes des meilleurs de la science-fiction, mais le plus probable aujourd'hui serait de bâtir des vaisseaux géants et autonomes qui pourraient voyager pendant plusieurs milliers d'années en permettant à la population de vivre et de se reproduire à bord. Le nombre minimal de passagers serait de 10 000 pour que le projet soit viable.

Pour pouvoir nourrir les passagers, il faudrait envisager de développer l'agriculture spatiale car il est inconcevable d’embarquer mille ans de réserve de nourriture. Mais une agriculture spatiale oblige à avoir des surfaces agricoles à bord des vaisseaux.

En tenant compte de toutes les nécessités, cette "arche" spatiale devrait mesurer 30 kilomètres de long sur trois kilomètres de rayon. Un vaisseau en rotation permettrait de recréer une pesanteur à bord. Les créateurs des fusées V2, Hermann Oberth et Werner Von Braun avaient imaginé des projets de ce type.

Mais l'écueil principal reste le facteur humain. Comment motiver une population assez nombreuse et diversifiée à embarquer pour un voyage sans fin dans un univers confiné avec les risques que cela engendre ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.