Tout cet argent jeté dans l'espace alors qu'il serait mieux dépensé sur Terre et pour des bonnes causes comme l'écologie, le combat contre la pauvreté.... Mais au fait, ça coûte combien, l'exploration de l'espace ?

Combien ça coûte la recherche spatiale et surtout qu'est ce que ça nous rapporte ?
Combien ça coûte la recherche spatiale et surtout qu'est ce que ça nous rapporte ? © Getty / Vectorios2016

Et surtout, est-ce que cet argent est bien dépensé ? Car en 1970, Sœur Mary Jucunda, qui travaillait en Zambie, avait adressé un courrier au directeur scientifique de la NASA où elle reprochait à ce dernier de dépenser de l'argent pour aller dans l'espace alors que des enfants mouraient de faim.

Le directeur en question, Ernst Stuhlinger, lui avait exposé dans sa réponse tout les bénéfices que l'humanité pourrait tirer de la recherche spatiale : améliorer la production agricole, les innovations spatiales adaptées à la technologie du quotidien comme dans la médecine ou les télécommunications. Il avait joint la photo du lever de Terre, prise en 1968 lors de la mission Apollo VIII pour montrer la petitesse et la fragilité de notre Terre dans l'infini de l'espace, pour appuyer la nécessité de l'investissement dans l'exploration spatiale.

Ces recherches ont permis, entre autres, de vérifier que la Lune est bien née d'un choc entre la Terre et une autre petite planète, il y a quatre milliards d'années. Cette Lune est indispensable à la vie sur Terre, en stabilisant son axe de rotation et en produisant les marées des océans, favorisant l'éclosion de la vie.

Sans recherche spatiale également, pas de GPS, pas de météo, plus de réseaux bancaires, plus de télécommunications. Comme l'expliquait le patron du CNES, Jean-Yves Le Gall, au journal La Tribune en 2014. Et moins d'emplois aussi… 

De son côté, le CNES publiait un communiqué sur son site internet le 13 avril 2018 détaillant son budget annuel : 

Avec 37 € par an et par habitant, le budget que la France consacre  aux activités spatiales civiles est le deuxième au monde, après celui des États-Unis, mais avant ceux de la Chine, de la Russie ou du Japon.

À titre d'exemple, le programme Apollo a coûté 150 milliards de dollars (en valeur actuelle) quand les malversations des banques ont coûté 2 500 milliards lors de la crise de 2008. Où serions-nous aujourd'hui dans la recherche scientifique avec un tel budget ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.