Les engins spatiaux connaissent des problèmes de carburant. La propulsion chimique actuellement utilisée est encombrante et son rendement énergétique est faible, ne permettant pas de viser au-delà du système solaire. Quelles sont les alternatives ?

Voilà quoi pourrait ressembler une sonde spatiale équipé d'une voile cosmique
Voilà quoi pourrait ressembler une sonde spatiale équipé d'une voile cosmique © AFP / Stocktrek Images

Pour envisager des voyages dans l'espace, il faut pouvoir compter sur un système de propulsion pérenne, assez puissant. Parmi les pistes explorées : la fusion nucléaire, les explosions atomiques ou encore l'antimatière. Cette dernière est étudiée dans le projet Aimstar. Son rendement énergétique est le plus efficace et permettrait d'atteindre Alpha du Centaure dans... 1400 ans.

Mais que ce soit la fusion nucléaire ou l'usage de l'antimatière, aucune de ces technologies n'est aujourd'hui maîtrisée.

Un mode de propulsion, bien connu sur nos mers, pourrait néanmoins apporter une solution : la voile. Il est possible que les futurs vaisseaux d'exploration spatiale ne soient pas si éloignés des trois caravelles de Christophe Colomb.  

Le projet Breakthrough StarShot, financé par le milliardaire russe, Youri Milner, prévoit d'envoyer des sondes miniaturisées vers Alpha du Centaure et son exoplanète Proxima Centauri B, grâce à des voiles photoniques de quatre mètres de diamètre et pesant quatre grammes. 

Le but est de propulser les sondes par un faisceau laser tiré depuis la Terre, et leur faire atteindre 60 000 km/s en vitesse de croisière. Soit 20% de la vitesse lumière. Mais le laser qui propulserait ces sondes nécessiteraient la puissance de 200 réacteurs nucléaires...

Autre problème : l'équipement d'analyse et de transmission des données vers la Terre alourdirait la sonde, avec un rythme de transmission trop lent.

Mais c'est en trouvant des solutions à chacun de ces problèmes techniques que nous avançons dans l'espace ou dans notre quotidien avec les retombées de ces recherches.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.