Plus que les planètes, ce sont désormais les lunes de ces dernières qui intriguent car elles pourraient abriter la vie. Petit tour de ces lunes lointaines.

Vue d'Europa, une des quatre lunes principales de Jupiter, par la sonde Voyager en 1979
Vue d'Europa, une des quatre lunes principales de Jupiter, par la sonde Voyager en 1979 © Getty / Time Life Pictures/JPL/NASA/The LIFE Picture Collection

Décembre 1995, la sonde américaine Galileo se place sur l'orbite de Jupiter et sa grande découverte n'est pas sur la surface de la géante gazeuse mais dans son ciel : la lune Europa. Cette dernière est recouverte d'une banquise d'eau et de gaz, avec un cœur qui vit, qui est chaud, grâce aux mouvements de Jupiter. Et cette chaleur pourrait signifier que sous la banquise se trouverait un océan d'eau liquide. Et peut-être la vie sous forme de bactéries.

L'autre satellite porteur d'espoir s'appelle Ganymède, qui est aussi en orbite autour de Jupiter. Galileo a détecté un océan liquide sous la glace, semblable à ceux de la terre, sur cette lune plus grosse que Mercure. Idem pour Callisto, autre lune de Jupiter.

En 2022, la mission JUICE aura pour objectif d'aller étudier en profondeur ces trois lunes.

Autour de Saturne, les lunes sont aussi porteuses d'espoir pour trouver des formes de vie. La sonde Cassini-Huygens a observé, sur la surface de la petite Encelade, des geysers en éruption, comme Thétys et Dioné. Quant à la lune Titan, elle serait une "terre primitive mise au congélateur". Son atmosphère est proche de celle de la Terre à ses débuts. Comme elle est plus éloignée du soleil, la température se rafraîchit à - 180°C. Masquée par son atmosphère, la surface de Titan s'est révélée à l’atterrisseur Huyghens qui s'est posé à sa surface. Celui-ci a trouvé des lacs et des rivières de méthane liquide. Toutes les conditions seraient réunies pour accueillir des bactéries.

Il ne reste plus qu'à se rendre sur place pour les trouver.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.