Les pré-grabataires nous escagassent l'oreille interne avec leurs jérémiades rhumatismales. Mais le pire est qu'entre deux gémissements ils retrouvent toujours quelque regain d'énergie pour nous asséner (avec quelle suffisance dans le tremblotement !), leurs recettes frelatées de leur prétendue sagesse ancestrale.

L'index hésitant pointé sur le bas monde, ils causent par dictons... 

Froid de novembre, Noël en décembre. Froid de mars, cache ton membre.

Qui tire les rois chez tata, passera le carême au sida.

Il va sans dire que ces dictons ne s'appuient sur aucune autre réalité que la sagesse populaire. A propos de la sagesse populaire, Pierre Desproges a ramené du Québec une histoire de dicton tout à fait édifiante...

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Chroniques de la haine ordinaire Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.