Dès demain mercredi 03 février il faudra aussi un « motif impérieux » pour se rendre en Polynésie française...

Vue aérienne au-dessus d'une île
Vue aérienne au-dessus d'une île © Getty

A compter d’aujourd’hui 2 février, il faudra un « motif impérieux » pour se rendre en Martinique et en Guadeloupe. Cette annonce faite jeudi dernier par le ministre des outre-Mer Sébastien Lecornu, a été accompagné par l’évocation des préfets des deux départements de l’éventualité d’étendre la mesure aux voyageurs circulant dans l’autre sens, autrement dit des Antilles vers la Métropole, comme le précise Alexandre Rochatte, le Préfet de Guadeloupe au micro de Christelle Théophile de Guadeloupe La 1ère… 

A préciser que dès demain mercredi 03 février il faudra aussi un « motif impérieux » pour se rendre en Polynésie française, donc plus voyages touristiques ; une décision qui devrait porter un nouveau coup dur à l'économie polynésienne...

Cap sur la Guyane où la campagne de vaccination « tourne au ralenti »,  à l’inverse de ce qui se passe en Métropole, pourtant les doses de vaccin ne manquent pas, mais ce qui manque ce sont les candidats à la piqûre, comme l’explique la directrice de l’ARS Clara De Bort au micro de Lindy Nédan de Guyane La 1ère…

Enfin, fuir loin le plus loin possible les villes et les appartements citadins, un phénomène constaté en Métropole lors du premier confinement; alors pourquoi ne pas partir très loin vers l’hémisphère sud par exemple, à l’image de Laurence, cadre dans l’industrie pharmaceutique à Paris, qui a décidé de télé-travailler  sous les Tropiques, en l’occurrence chez la famille de son compagnon, sur la côte ouest de la Réunion, Stéphane Enilorac de Réunion La 1ère l’a rencontré…

Programmation musicale
  • ICHONElle pleure en hiver2020
L'équipe