Mer et agriculture, itinéraire d'un grain de blé

L'agriculture, comme toute chose, s'est mondialisée. La France exporte, beaucoup, mais importe aussi au point de se retrouver dépendante de ses arrivages extérieurs. Les bovins guettent les vraquiers chargés de soja qui vont assurer leur subsistance, quand les champs de lin européens voient leur production prendre le large pour revenir un peu plus tard sous forme de vêtements. Car en se mondialisant, l'agriculture s'est aussi maritimisée et devient de plus en plus dépendante des océans.

Suivre l'itinéraire d'un grain de blé c'est prendre conscience de ce cheminement maritime : collecté dans des coopératives, il gagnera Rouen, ses silos, puis embarquera pour gagner les marchés du Maghreb ou d'ailleurs, affrontant les risques inhérents à la mer.

Aujourd'hui, la sécurité alimentaire s'accompagne de la sécurité de l'approvisionnement. 95 % du transport global est assuré par voie de mer. Ainsi, assurer la sécurité d'un port ne suffit plus, il faut aussi protéger le transport maritime, que ce soit les mers et océans, mais aussi les détroits jusqu'aux voies fluviales. Si naguère encercler une zone, ville, territoire, donc couper l'approvisionnement d'une population et attendre qu'elle se rende suffisait dans un plan de stratégie militaire; aujourd'hui empêcher le départ et l'arrivée d'un transport d'un port à l'autre, surtout quand ce dernier est alimentaire, est la résultante d'une tactique de la pénurie.  

La conférence que propose le Club Déméter et le Centre  d'Etudes Stratégiques de la Marine le 27 février prochain à l'Ecole Militaire , Mer et agriculture, itinéraire d'un grain de blé , traitera de ce nouvel aspect de l'approvisionnement. Les inscriptions peuvent se faire jusqu'au 21 février 2019 sur le site: http://cesm\.marine\.defense\.gouv\.fr

Les invités
Programmation musicale
  • J.S. ONDARASaying Goodbye (radio édit)2019
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.