Le groupe français SeaOwl a reçu le permis de navigation pour télé-opérer à distance des navires par voie satellitaire, les navires équipés de la technologie de pointe développée par SeaOwl navigueront sans personne à bord, le capitaine pilotant à distance...

Après quatre ans de recherche et développement et à la suite d’une démonstration réussie depuis le campus de l’école Polytechnique, SeaOwl est le premier au monde à recevoir un permis de navigation maritime pour son système de télé-opération à distance. Le projet, baptisé R.O.S.S. (Remotely Operated Services at Sea), affirme la position de leader technologique de Seaowl dans le domaine maritime. Le groupe pourra désormais proposer à ses clients ce service révolutionnaire pour leurs missions d’inspections dans des zones difficiles d’accès. 

La conception de ce système de télé-opération pour navires à propulsion électrique constitue des apports majeurs pour le secteur maritime en permettant une amélioration de la qualité de vie au travail pour les équipages, une réduction drastique de l’empreinte économique et écologique des navires, une diminution significative des risques pour les personnels et le développement de nouveaux services transversaux.

R.O.S.S. a été conduit en étroite collaboration avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire qui a financé, via l’ADEME, la moitié des 4 millions d’euros nécessaires en Recherche et Développement. L’Etat a reconnu l’importance stratégique de soutenir ce projet, qui approfondit les compétences de la France en matière de digitalisation. La coopération entre SeaOwl et l’Etat constitue un puissant levier pour répondre aux enjeux d’une nécessaire digitalisation des services. Elle permet le développement d’un savoir-faire industriel français et une maîtrise des technologies nécessaires au navire autonome de demain, tout en accompagnant l’évolution de la régulation du secteur (sécurité maritime et cybersécurité).   

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.