Dans l’océan Indien, deux missions de l’Ifremer (Institut Français pour la Recherche et l'Exploitation de la Mer) ont fait la part belle à la conservation des tortues marines. Et plus particulièrement de deux espèces en danger : les tortues vertes Chelonia Mydas et imbriquée Eretmochelys imbricata.

Tortue Chelonia Mydas
Tortue Chelonia Mydas © Getty / Gerard Soury

En suivant de près leur vie quotidienne, les scientifiques apporteront de nouvelles connaissances essentielles pour améliorer les mesures de gestion et de protection des tortues marines dans cette partie de l’océan Indien, l’un de leurs principaux sites mondiaux de reproduction et de ponte. 

A La Réunion, l’équipe scientifique s’affairait sur le terrain dans le cadre du projet Next

Il s'agit de comprendre comment les jeunes tortues utilisent leurs habitats, et comment les activités anthropiques impactent leur état de santé. Quarante jeunes tortues des deux espèces ont été mesurées, pesées sur le bateau et des échantillons biologiques prélevés. 

Ces informations sont précieuses pour estimer leur état de stress vis-à-vis des évolutions de leur environnement (prédation, fréquentation touristique ou encore contamination en métaux lourds). Huit d’entre elles sont équipées de systèmes GPS (disponibles dans le commerce) afin de suivre leurs déplacements au quotidien et comprendre ainsi où elles vont, quand et pour y faire quoi.

Les invités
  • Jérome BourjeaChercheur en écologie et biologie marine à l’Ifremer, spécialiste des tortues marines
Programmation musicale
  • Francois & The Atlas MountainsCoucou (Radio Edit)2020
L'équipe