La célèbre école de voile ouverte à toutes et tous reprend ses activités depuis le 12 juin dernier. Les Glénans c’est la démocratisation de la pratique de la voile, l’accès à la mer et aux pratiques innovantes à travers un projet humaniste autour de la vie collective, de la transmission, du partage et de la solidarité.

Archipel des Glénan
Archipel des Glénan © Getty / MathieuRivrin

Association loi 1901, reconnue d’utilité publique et agréée par le Ministère des Sports, l’historique européenne école de voile des Glénans, née en 1947 en Bretagne sur l’Archipel de Glénan, est depuis LA référence dans le monde de l’enseignement de la voile. Les Glénans  accueillent plus de 15 000 stagiaires et moniteurs par an. Mais les Glénans, c’est tout d’abord un esprit, celui d’un équipage. Au délà, les valeurs du bénévolat, de la vie en collectivité, de la solidarité et de l’autonomie sont la base des Glénans.

Ouverts à toutes les générations, les Glénans forment tout d’abord à la navigation à la voile, au kitesurf, catamaran, dériveur ou planche à voile

Ce sont des formations pour tous les niveaux, du débutant au marin expérimenté, et voire  plus pour les formations de moniteurs. Les juniors sont accueillis dès 12 ans, les autres sans limite d’âge. Enfin, tout le monde est le bienvenu, seul ou en groupe, et bien évidemment en famille...

L’école de voile des Glénans, c’est Sensations, Evasion et Déconnexion. Tout cela est le fruit de l’action des créateurs qui, en 1947, venus dans l’Archipel des Glénans ont initié cette école dédiée à la voile. Les Glénans sont attentifs, depuis leur création, à la préservation de l’environnement, leurs bases bretonnes sont certifiées «écolabel» et l’électricité est 100% renouvelable. Il en va de même pour l’intendance, les circuits courts issus de l’agriculture biologique sont privilégiés. Les Glénans sont aussi une école à la découverte des richesses naturelles et culturelles des sites ou des zones de navigation durant les temps libres. 

Les Glénans en chiffres c’est plus de 15 000 stagiaires par an, 1 000 monitrices et moniteurs bénévoles de toutes nationalités et de tous horizons, encadrés par 100 salariés

Les bases nautiques sont Concarneau et l’archipel de Glénan, Paimpol et l’île verte, Vannes et l’île d’Arz, Bonifacio et l’anse du Fazzio, Marseillan et le site Le Marin à la Martinique. 

Venir aux Glénans, c’est s’approprié la réalité des enjeux environnementaux, plus particulièrement liés à la mer. Parce que les Glénans sont constamment à la recherche de solutions innovantes pour assurer la préservation du territoire « Mer-Terre » et le valoriser. Depuis 2015, les Glénans développent un projet tendant à concilier des thématiques qui peuvent paraître incompatibles : fidéliser des adhérents, garder les équipements de toute nature aux normes réglementaires, améliorer l’ergonomie des équipes chargées du transport de matériel et de la nourriture, enfin diminuer l’impact environnemental de la vie sur les sites. C’est pourquoi la prise de conscience de la hausse du niveau des mers et du péril à moyen terme tend les Glénans à prévenir, sensibiliser, transmettre et innover, à travers à la sensibilisation au développement. C’est pourquoi les Glénans possèdent de nombreux liens avec le Conservatoire du littoral, les structures administratives environnementales telles que « Natura 2000 », les collectivités territoriales, l’association des Iles du Ponant dans le Finistère, la Direction de l’eau et la Fondation du Patrimoine. 

Le développement durable aux Glénans passe par des expérimentations de nouveaux systèmes innovants d’assainissement des eaux grises sur les sites insulaires, différents types de toilettes sèches testés ces dernières années et en 2021 un lombricompostage (fabrication de compost par les vers), pour les eaux noires, sera mis en place sur l’île de Cigogne dans le cadre de la rénovation du fort classé monument historique. Enfin, depuis 2017 un test de phytoépuration (épuration par les plantes) est en place pour les eaux grises de cuisine sur l’île de Penfret, et en partenariat avec le muséum d’histoire naturelle de Paris, Les Glénans ont lancé une étude « socioéco flux » sur l’impact environnemental des déchets organiques. La liste est encore très longue quant à la prise en compte du développent durable par les Glénans, que l’on peut retrouver sur leur site : glenans.asso.fr.

Les invités
L'équipe