Reconquérir la mer, l'audace que mériterait la France. Notre pays peine à exploiter ces atouts, alors qu’une nouvelle géopolitique des océans multiplie guerres commerciales, rivalités des ports, destructions et pillages des ressources naturelles, crises ouvertes en mer de Chine méridionale, dans le golfe...

La France possède le deuxième domaine maritime et le  premier espace sous-marin du monde. Sa Marine nationale est  opérationnelle partout.
La France possède le deuxième domaine maritime et le premier espace sous-marin du monde. Sa Marine nationale est opérationnelle partout. © Getty / Stocktrek Images

La France possède le deuxième domaine maritime et le  premier espace sous-marin du monde. Sa Marine nationale est  opérationnelle partout. Ses savoir-faire techniques couvrent tous les enjeux de défense et de sécurité, comme ceux de l’Economie bleue, de la  recherche et de la protection environnementale. Pourtant, notre pays  peine à exploiter ces atouts, alors qu’une nouvelle géopolitique des  océans multiplie guerres commerciales, rivalités des ports, destructions  et pillages des ressources naturelles, crises ouvertes en mer de Chine  méridionale, dans le golfe persique, les océans Indien et Arctique, en  Méditerranée et en mer Noire.

Dans cette confrontation globale, même si l’Action de  l’Etat en mer reste un modèle, même si notre gouvernance maritime est  efficace, nos forces se perdent dans le court-termisme d’un pouvoir  exécutif hypercentralisé. Exemple emblématique : l’absence d’un deuxième porte-avions affaiblit la crédibilité stratégique du Charles-de-Gaulle  et de son ou ses éventuel(s) remplaçant(s) : force est de constater  qu’il est des économies qui coûtent cher !

Après l’effondrement de mai 1940, c’est par la mer qu’ont  démarré la France Libre et la reconquête

Certes, la France d’aujourd’hui n’est pas occupée militairement. Mais, face aux abandons successifs de souveraineté induits par la mondialisation, contraints par l’Union européenne et l’OTAN, la mer représente une fantastique  opportunité de reconquête d’indépendance nationale et de liberté. 

En répondant à l’appel de cette voix profonde, si majestueusement décrite par Michelet, la France d’aujourd’hui peut à nouveau délivrer un message  universel.La France possède le deuxième domaine maritime et le premier espace sous-marin du monde. Sa Marine nationale est  opérationnelle partout. Ses savoir-faire techniques couvrent tous les  enjeux de défense et de sécurité, comme ceux de l’Economie bleue, de la  recherche et de la protection environnementale. Pourtant, notre pays  peine à exploiter ces atouts, alors qu’une nouvelle géopolitique des  océans multiplie guerres commerciales, rivalités des ports, destructions  et pillages des ressources naturelles, crises ouvertes en mer de Chine  méridionale, dans le golfe persique, les océans Indien et Arctique, en  Méditerranée et en mer Noire.

Dans cette confrontation globale, même si l’Action de  l’Etat en mer reste un modèle, même si notre gouvernance maritime est  efficace, nos forces se perdent dans le court-termisme d’un pouvoir  exécutif hypercentralisé. Exemple emblématique : l’absence d’un deuxième  porte-avions affaiblit la crédibilité stratégique du Charles-de-Gaulle  et de son ou ses éventuel(s) remplaçant(s) : force est de constater  qu’il est des économies qui coûtent cher !

Après l’effondrement de mai 1940, c’est par la mer qu’ont  démarré la France Libre et la reconquête. Certes, la France  d’aujourd’hui n’est pas occupée militairement. Mais, face aux abandons  successifs de souveraineté induits par la mondialisation, contraints par  l’Union européenne et l’OTAN, la mer représente une fantastique  opportunité de reconquête d’indépendance nationale et de liberté. En  répondant à l’appel de cette voix profonde, si majestueusement décrite  par Michelet, la France d’aujourd’hui peut à nouveau délivrer un message  universel.

Les invités
  • Richard LabévièreRédacteur en chef de l’hebdomadaire en ligne prochetmoyen-orient.ch et collaborateur d’Afrique-Asie.
Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.