Comment vaincre la pollution plastique en limitant son usage et le recyclant. "L'Odyssée du plastique", livre d'Eric Loizeau, raconte le périple d'un équipage motivé, positif, et d'une entreprise qui refuse la fatalité et privilégie des solutions concrètes et durables.

Mer polluée
Mer polluée © Getty / KONTROLAB

Depuis 2012 et les débuts de la Fondation Race For Water, le suisse Marco Simeoni consacre une partie de sa fortune personnelle à la protection de la planète et finance l'ensemble du projet. Il a acheté le bateau Planet Solar, un bateau électrique qui fonctionne soit grâce à l'énergie des panneaux photovoltaïques qui constituent son pont, soit grâce à l'hydrogène. Planet Solar parcourt les océans pour sensibiliser les populations locales au tri et au respect de  l'environnement.

Heureusement, d'année en année la prise de  conscience de l'urgence climatique et environnementale progresse et quelques entreprises décident de s'y intéresser. Si Race for Water n'est pas la seule fondation dédiée à la protection des eaux, c'est l'unique entreprise qui propose de combattre le mal à sa racine : avant que les déchets ne traversent les fleuves et ne se déversent dans les océans. Il faut limiter l'usage du plastique et surtout apprendre à le recycler de manière suffisamment rentable pour que les gens n'aient pas intérêt à le jeter.  

Son procédé est astucieux : la fondation propose la construction de multiples petites usines produisant de l'électricité à partir du traitement du plastique. "L'Odyssée du plastique" raconte le périple d'un équipage motivé, positif, et d'une entreprise qui refuse la fatalité et privilégie des solutions concrètes et durables. Il est magnifiquement illustré notamment par des images du photographe sportif Peter Charaf. 

Car c'est en voyant la planète et ses merveilles que l'on réalise encore et toujours la nécessité de la  préserver.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.