Entre marasme économique et restrictions dues à l'épidémie, la Guadeloupe est fortement touchée par des barrages routiers et un début de conflit social qui s'annonce difficile, quand l'Agence Régionale de Santé craint l'arrivée d'une troisième vague...

La Guadeloupe cadenassée entre le conflit social, le risque d'une troisième vague et les barrages routiers
La Guadeloupe cadenassée entre le conflit social, le risque d'une troisième vague et les barrages routiers © AFP / Lara Balais

Les principaux axes routiers ont été bloqués par des barrages mis en place par un "collectif de socio-professionnels en colère", une colère qui fait suite au marasme économique provoqué par un an de crise sanitaire, et une colère qui risque ne pas retomber dans les jours qui viennent, le Préfet Alexandre Rochatte ayant annoncé de nouvelles mesures restrictives car l’Agence Régionale de Santé craint l’arrivée d’une troisième vague de l’épidémie, Frank Aristide de Guadeloupe La 1ère nous précise les nouvelles mesures.

Cap sur l’océan indien, tout d’abord à Mayotte où la commune d’Acoua, au nord-est de l’ile a été dévastée dans la nuit de lundi à mardi par des inondations dues aux fortes pluies tombées sur la région, et puis toujours dans le nord de Mayotte, les ambulanciers ont exercé leur droit de retrait parce que très régulièrement caillassés ou agressés voire les deux à la fois, ce qui a suscité une décision par le Préfet Jean-François Colombet hier mercredi, Hachime Saïd Hachime de Mayotte La 1ère l’a rencontré…

Enfin à La Réunion, le couvre-feu de 22h00 à 05h00 pour deux semaines minimum a débuté hier mercredi, une mesure qui vise à ralentir la propagation de l’épidémie, pour ne pas engorger les services de réanimation déjà occupés à 50% par les "patients Covid", réunionnais mais aussi et surtout mahorais, on enregistre en moyenne 4 évacuations sanitaires quotidiennes de Mayotte vers la Réunion, Bertrand Guillard, le patron du Samu 9-7-4 au micro de Delphine Gérard de Réunion La 1ère…

L'équipe