La délicate question des relèves d'équipages navigants bloqués sur leurs bateaux ou en quarantaine à terre. Depuis le début de la pandémie du Covid-19, les relèves d'équipages marchands subissent de fortes contraintes.

Les problèmes se multiplient pour les navires marchands et leurs équipages dans le monde entier
Les problèmes se multiplient pour les navires marchands et leurs équipages dans le monde entier © Maxppp / LE COURRIER PICARD

Bloqués sur les bâtiments, mis en quarantaine, ou devant voir se rallonger leur contrat à bord, soit leur durée d'embarquement, les problèmes se multiplient pour les navires marchands et leurs équipages dans le monde entier. 

Armateurs, ministère et syndicats planchent chaque semaine afin de trouver les meilleurs solutions pour les équipages bloqués sur les mers et océans. Sans oublier que les conditions d'embarquement et de quarantaine changent d'un pays à l'autre, variant aussi sur la nature des équipages, avec par exemple, des officiers français et des marins étrangers. 

L'absence de vols aériens rend encore plus difficile la question des relèves par manque de transport aérien pour les équipages relevants

Entre le manque de tests et l'obligation de créer des corridors avec l'accord d'états, ce sont autant de problèmes sociaux, sanitaires, économiques, diplomatiques auxquels doit faire face le monde de la marine marchande.  

Le monde hospitalier est aussi mobilisé par le biais du CHU Purpan de Toulouse qui possède le Centre de consultation médicale maritime (CCMM). Un centre d'écoute est à la disposition des marins, il s'agit du Centre de Ressource d'Aide Psychologique en Mer à Saint Nazaire au

02 72 27 84 82

Pierre Maupoint-Vandel, Président du syndicat CFE-CGC Marine nous éclaire sur cette réalité.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.