Les batailles navales BD de Jean-Yves Delitte

Jean-Yves Delitte

Peintre Officiel de la Marine belge, membre titulaire de l’Académie des Arts & Sciences de la mer, Jean-Yves Delitte est architecte-designer de formation. C’est durant ses études qu’il voit ses premières histoires en bande dessinée publiées dans le légendaire hebdomadaire Tintin. Puis, d’heureuses rencontres vont lui permettre de s’investir davantage dans le 9e Art. Outre Les Aventures de Donnington et Les Coulisses du Pouvoir sur des scénarios de Philippe Richelle, il met en image Tanâtos avec Didier Convard, ou encore Les Brigades du Tigre avec Xavier Dorison et Fabien Nury, tout en réalisant deux tétralogies en tant qu’auteur complet : Le Neptune et Les Nouveaux Tsars. Mais c’est dans les embruns maritimes et l’amour pour le grand large qu’il démontre tout son talent en réalisant de véritables fresques maritimes en bande dessinée. Il imagine les aventures d’un corsaire amérindien à la fin du XVIIIe siècle avec sa série Black Crow. Il relate l’histoire du prestigieux trois-mâts barque le Belem, de la majestueuse frégate Hermione ou encore la romanesque aventure de la Bounty. Enfin, il dresse une vision angoissante de notre futur à travers la tétralogie U-Boot.

Cette année, l'Académie de marine a décerné le prix bande dessinée 2019 a la collection Les Grandes Batailles navales, sous la direction de Jean-Yves Delitte et le Prix Album 2019 à la série Les Chasseurs d'écume de François Debois et Serge Fino.

La bataille navale de No Ryang de Jean-Yves Delitte et Q-Ha.

Quand un amiral devient une légende

1598. Voilà six ans que dure la guerre opposant l’empire japonais de Hideyoshi Toyotomi à l’alliance formée entre la Chine des Ming et la Corée des Chosôn. Six années d’innombrables batailles et de paix éphémères. Mais Hideyoshi décède emporté par la maladie et le Japon sombre immanquablement dans des querelles internes de succession pour reprendre la régence du pays. Dès lors, de nombreux daimyos sont de moins en moins convaincus de la pertinence des combats en Corée et selon leur alliance, ils vont progressivement retirer leurs hommes du sol coréen. Mais une retraite ne peut s’improviser. Les Coréens et leurs alliés chinois ont soif de victoires. Quant aux Japonais, leur orgueil leur impose de quitter le pays avec les apparats du vainqueur et non avec ceux du pleutre qui fuit la bataille. C’est alors qu’un amiral coréen va démontrer toute sa science de le guerre navale pour infliger aux légendaires samouraïs l’une de leur plus cinglante défaite.

Yi Sun sin rentrera pour toujours dans l’histoire mais y perdra la vie, tout comme, quelques siècles plus tard, un certain Horatio Nelson.

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.