Grâce à "Sciences et Avenir", nous découvrons les travaux d'une équipe de recherche internationale qui a cartographié et quantifié pour la première fois l’empreinte des constructions humaines sur les océans.

Ici le port de Novorossiysk en Russie
Ici le port de Novorossiysk en Russie © Getty / Igor Onuchin

L'étendue du développement humain sur les océans, fragilise les zones les plus riches en biodiversité. Les chercheurs ont quantifié les modifications environnementales engendrées par les structures humaines, qui affectent au total 2 millions de km² de surface océanique. Les constructions humaines pourraient couvrir 40 000 km² de surface maritime en 2028. Le réchauffement climatique et la nécessité de lutter contre l’élévation du niveau de la mer pourraient aussi contribuer à augmenter la surface des constructions maritimes…

► A suivre ici

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.