Symbole de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, Jean Moulin est encore sujet à controverse en 1993. Robert Arnaut et ses invités vont rétablir la vérité historique.

Jean Moulin en 1940
Jean Moulin en 1940 © AFP / STF

Diffusée le 3 juillet 1993, cinquante ans après son assassinat, cette émission consacrée à Jean Moulin, permet au journaliste Robert Arnaut de contrecarrer des affirmations tendancieuses de complot ou d’espionnage qui salissent la mémoire du martyr de la Résistance.

Robert Arnaut cherche à rétablir la vérité des faits, en convoquant les proches du résistant, ceux qui l'ont côtoyé jusqu'aux derniers instants possibles.

Les Invités

Pierre Meunier et Daniel Cordier, deux compagnons des grandes heures de la Résistance.

  • Pierre Meunier était le secrétaire général du Conseil national de la Résistance, dont Jean Moulin était le président. Il est l'auteur de Jean Moulin, mon ami, paru aux Éditions de l’Armençon à Précy-sous-Thil.
  • Daniel Bouyjou-Cordier était le secrétaire de Jean Moulin en 1942-1943. Il est l'auteur de Jean Moulin aux éditions J-C.Lattès, en 1989 et en 1993, une publication qui fait date dans l’historiographie de la Résistance ; ainsi que Jean Moulin. La République des catacombes en Collection Folio Histoire aux éditions Gallimard, également ouvrage de référence, en deux volumes.

Des archives sonores de Radio France émaillent le récit de Robert Arnaut ; avec les voix de :

  • Laure Moulin, sœur de Jean Moulin, qui fut aussi sa secrétaire, et a publié une biographie de son frère, Jean Moulin, en constante réédition.
  • Pierre Cot, ministre des Affaires étrangères sous la présidence de Paul Doumer. Avait nommé Jean Moulin, directeur de son cabinet en décembre 1932.
  • Christian Pinot, compagnon de résistance de Jean Moulin et témoin de son agonie.

Dans ce document Ina, Laure Moulin évoque le souvenir de son frère Jean auprès d'un ancien maquisard, Mr Dubuisson.

Jean Moulin, résistant de la première heure

Celui qui était en 1937, le plus jeune préfet de France, a vu sa mission de résistant durer dix-huit mois, entre sa nomination et sa mort : dix-huit mois au cœur des cinquante mois d'occupation.

Celui qui est pendant un an et demi, le lien sûr et constant entre le général de Gaulle à Londres et les groupes de la Résistance française, celui qui gère dans l'ombre les dissensions idéologiques et les luttes d'influence, va vivre une fin tragique.

Le 21 juin 1943, Jean Moulin est arrêté par la police de Vichy et la Gestapo.

Le docteur Frédéric Dugoujon raconte l'arrestation de Jean Moulin, en 1943, dans sa maison de Caluire, lors d'une réunion secrète (Journal d'Antenne 2 du 6 février 1983).

Questionné et torturé par Klaus Barbie, Jean Moulin mourra, (officiellement) le 8 juillet 1943, à l’âge de 44 ans.

Jean Moulin, martyr de la Résistance

Extrait de l'hommage d'André Malraux à Jean Moulin, lors du transfert de ses cendres au Panthéon. En effet, les cendres du héros de la Résistance seront transférées du Mémorial de la Déportation au Panthéon le 19 décembre 1964 pour célébrer le vingtième anniversaire de la Libération. (Archives Ina)

Jean Moulin sur France Inter

L'émission Les Oubliettes du Temps du lundi 27 mai 2013, honoraient le quarantième anniversaire de la naissance du Conseil National de la Résistance.

L'entretien du Petit Matin du samedi 20 juillet 2013, Redécouvrir Jean Moulin avec Dominique Veillon et Christine Levisse-Touze

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.