Pendant les années folles, au cœur de Paris, la Ruche de Montparnasse fut un lieu de vie et de rencontre d'artistes qui allaient marquer l'histoire de l'art moderne à tout jamais.

Kiki de Montparnasse par le peintre Moïse Kisling en 1927 (École de Paris)
Kiki de Montparnasse par le peintre Moïse Kisling en 1927 (École de Paris) © Getty / Imagno

Dans cette Chronique Sauvage, dont la première diffusion fut en date du 6 février 1988, Robert Arnaut le conteur, le dénicheur de voix, nous régale encore, évoquant la Ruche de Montparnasse, cité d'artistes du début du XXe siècle, village cosmopolite et lieu essentiel de l'art moderne puisqu'il fut le creuset de l'École de Paris.

Tous les artistes qui y vécurent, devenus autant de noms aujourd'hui célèbres, s'inscrivent en formes et en couleurs dans notre mémoire.

La Ruche de Montparnasse hébergea de nombreux talents : les peintres, Marie Laurencin, Gabriel Deluc, Alexandre Altmann, Michel Kikoïne, Jacques Chapiro, Tsuguharu Fujita, les sculpteurs, Constantin Brancusi, Alexander Archipenko, Jacques Lipchitz, les poètes, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, l'écrivain, Blaise Cendrars, le peintre-sculpteur-dessinateur Henri Laurens, les écrivains, essayistes et romanciers Jean Epstein et André Salmon.

(Ce document INA de 1967 présente les lieux et propose un entretien avec Louis Morel, un sculpteur qui vit là depuis 1910)

​Les invités et les archives sonores

  • Jean-Paul Crespelle​, critique d'art,écrivain, spécialiste de l’École de Paris, des maîtres de la Belle Époque et de la vie des artistes à Montparnasse. ​
  • Jeanine WARNOD, journaliste et critique d'art, a publié deux ouvrages majeurs sur cette époque :​

​- ​La Ruche et Montparnasse, Genève, Weber, et Paris, aux éditions Les Presses de la Renaissance, en 1978. Avec des témoignages, des reportages, des entretiens, mais aussi des textes critiques, des poèmes, des photographies, des reproductions et des documents inédits.
​​- ​Les Artistes de Montparnasse : La Ruche, Paris et Saint-Ouen, aux éditions Van Wilder, en 1988.

Mais aussi de précieuses archives sonores où vous pouvez entendre :

  • Philippe Soupault​, écrivain, ​poète, ​cofondateur du surréalisme mais aussi​ journaliste, critique, essayiste et ​producteur de​ radio.

  • Alejo Carpentier y Valmont, écrivain cubain,romancier, essayiste, musicologue.​

  • Aldo Bartellety-Daillion, sculpteur d'origine italienne, ​peintre animalier​, il nous décrit dans cette chronique un cours de piano avec le Douanier Rousseau !

  • Youki Desnos, (nom de jeune fille : Lucie Badoud), elle fut la compagne de Tsuguharu Fujita et du poète​ Robert Desnos, auteur d'un​e biographie intitulée​, Les Confidences de Youki,

​La Ruche, cité d'artistes

​La générosité d'un sculpteur prospère, Alfred Boucher, solidaire de ses contemporains, permet aux artistes sans le sou de trouver un hébergement et une communauté.

De ​1900 à​ 1940, la Ruche de Montparnasse accueille ​Alexandre Archipenko, Alfred Boucher, Marc Chagall, Jacques Chapiro, Robert Couturier, Joseph Csaky, Isaac Dobrinsky, Georges Dorignac, Henri Epstein, Léon Idenbaumo, Michel Kikoïne, Moïse Kisling, Paul Kremegne, Henri Laurens, Fernand Léger, Jacques Lipchitz, Louis Neillot, Chaïm Soutine, Ossip Zadkine et bien d'autres…

Le lieu est rustique, les équipements sommaires, mais quel foisonnement artistique !

L'École de Paris naît à cet endroit, rassemble des artistes comme Marc Chagall, Fernand Léger, Chaim Jacob Lipchitz ou Ossip Zadkine, et contribue à faire de Paris le foyer de la création artistique jusque dans les années 1960.

D’autres artistes, mais aussi des écrivains, se lient d’amitié avec ceux qui vivent là, partagent avec eux l'atmosphère bouillonnante des années folles et contribuent largement à l'influence de cette ville dans la ville. Entre autres si nombreux, les écrivains se nomment Blaise Cendrars, Philippe Soupault, Alejo Carpentier, les artistes sont le peintre Robert Delaunay, ou encore le peintre-sculpteur Amedeo Modigliani, au destin déchirant.

Poissons et tomates par Chaïm Soutine (1926)
Poissons et tomates par Chaïm Soutine (1926) © Getty / Barney Burstein

Les artistes qui se retrouvent là n'intéressent guère le grand public de prime abord. Les artistes juifs venus de Russie, sont attirés par le mouvement impressionniste, et la possibilité de travailler en France. Certains bénéficient d'une bourse, d'autres vivent d'expédients ; des problèmes d'argent, de drogue, d'alcoolisme viennent assombrir le quotidien de certains.

Le quartier de Montparnasse qui étaient déjà depuis 1914, celui des artistes, devient avec cette bourdonnante Ruche, et le monde des modèles, des journalistes, des écrivains qui gravite autour d'elle un lieu où il fait bon faire la fête, et où les restaurants font le plein, comme La Rotonde, La Coupole ou La Closerie des Lilas.

Alejo Carpentier :

En 1926, Montparnasse était la république internationale des artistes

Dans cette Chronique Sauvage, les entretiens et documents d'archives comblent notre curiosité sur ce qui fut un phénomène du début du XXe siècle et se prolonge encore aujourd'hui, puisque, soutenue depuis toujours par les aides publiques et le mécénat privé, La Ruche de Montparnasse continue d’accueillir des artistes au numéro 2 du passage Dantzig dans le XVe arrondissement de Paris. Les visites ont lieu pendant les Journées du Patrimoine.

(La Ruche de Montparnasse a fêté ses cent ans en 2002, voici un document INA du reportage télévisé qui marquait l'événement)

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.