Cette chronique consacrée à Léon Blum nous permet de réentendre la voix vibrante de l'homme politique et de refaire un chemin historique important, celui du socialisme français.

Statue de Léon Blum sur la place qui porte son nom à Paris XIe
Statue de Léon Blum sur la place qui porte son nom à Paris XIe © AFP / Xavier Richer

Pour cette Chronique Sauvage, Robert Arnaut convoque deux historiens spécialistes du Front Populaire qui fut le premier de la IIIe République dirigé par des socialistes, Jean Lacouture et Jean-Paul Brunet.

L'occasion d'écouter la voix vibrante d'émotion de Léon Blum dans l'atmosphère des discours d'une époque révolue, avec plusieurs sons d'archive de l'Institut National de l'Audiovisuel.

Les invités

  • Jean Lacouture, journaliste, historien et écrivain engagé à gauche, il est décédé en 2015.

Jean Lacouture a publié Léon Blum aux éditions du Seuil en 1977 et dans la collection Points Histoire en 1979, une biographie qui a reçu le second Prix de la Fondation Pierre-Lafue.

  • Jean-Paul Brunet, historien, spécialisé d'abord dans le socialisme et le communisme en France, puis dans la recherche sur la vie sociale et politique de la France au XXe siècle.

En 1991, Jean-Paul Brunet a publié une Histoire du Front populaire (1934-1938) aux Presses Universitaires de France dans la collection Que sais-je ?

Léon Blum, écrivain

Admirateur de Maurice Barrès et ami d'Anna de Noailles, Léon Blum est un écrivain remarquable mais aussi un critique littéraire et un chroniqueur brillant.

Entre autres écrits, Souvenirs sur l'Affaire, que Léon Blum rédigea au moment du décès du Capitaine Dreyfus.

Cet ouvrage, paru en 1935, est présenté ici par Olivier Barrot dans son émission _Un Livre, un Jour_ diffusée en 1993 :

Léon Blum, homme politique

L'écrivain Léon Blum a marqué l'histoire politique française pour avoir refusé l'adhésion à la Troisième Internationale communiste en 1920, et pour avoir été le président du Conseil des ministres du Front populaire en 1936.

Léon Blum :

Le socialisme est né de la conscience de l'égalité humaine.

Dans ce document INA d'avril 1979, Antenne 2, dans son émission Passé Simple, refaisait l'historique du Parti Socialiste, avec un passage intéressant Léon Blum.

En avril 1936, le Front populaire remporte les élections, la France se dote donc d'un gouvernement de gauche avec les socialistes de la S.F.I.O. (Léon Blum) et les radicaux soutenus par le parti Communiste.

Léon Blum obtient la présidence du Conseil et affronte, lui aussi, des charges antisémites virulentes, accompagnées de menaces de mort.

Ses qualités d'anticipation et son sens politique lui permettent de proposer d'importantes réformes sociales : la présence des femmes au gouvernement, l'instauration des congés payés ou encore la baisse du temps de travail.

En juin 1937, après plusieurs épisodes politiques qui diminuent sa popularité, Léon Blum démissionne du poste de président du conseil.

Léon Blum (1872-1950) :

La vérité grandit et s'enrichit d'âge en âge mais il faut la recréer nous-mêmes.

Léon Blum sur France Inter

Dans une biographie parue en 2016, Léon Blum, un portrait, l'historien et sociologue Pierre Birnbaum propose un nouvel angle de vue sur la personnalité de Léon Blum.

Pour en savoir plus sur ce remarquable ouvrage, « la plus personnelle des biographies de référence », selon l'historien Robert Paxton, vous pouvez ré-écouter la chronique Méridien d'Europe de José Manuel Lamarque du 4 février 2016, sur France Inter.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.