Cette Chronique Sauvage de Robert Arnaut le conteur, se décline comme une biographie inspirée de Georges Brassens, traversée de voix amies et de chansons immortelles.

Georges Brassens
Georges Brassens © Maxppp / Jean-Pierre Leloir

Cette rediffusion de l’émission du 17 juillet 1990, dix ans après la mort du poète, nous replace dans l’éternité de sa présence et de son art, mais aussi dans la fidélité absolue qu’il voua à sa ville, Sète, où il naquit le 22 octobre 1921.

En 1990, à Sète, le projet d’un lieu à sa mémoire venait tout juste de naître.

Appelée l'île singulière (expression de Paul Valéry), Sète a vu naître des artistes comme Paul Valéry, Henri Colpi, Georges Brassens, Manitas de Plata ou Jean Vilar.

Paul Valéry :

Sète, cette île éternellement amarrée au littoral

Les invités

  • Éric Battista : cet athlète spécialiste du triple saut devint un proche du poète alors qu’ils étaient déjà adultes, et les anecdotes savoureuses qu’il nous livre éclairent sur bien des aspects la personnalité de l’auteur-compositeur-interprète.

Éric Battista :

Quand il donnait son amitié, il vous la donnait pour toujours.

Éric Battista a écrit deux livres très originaux sur cette belle amitié :

Georges Brassens, souvenirs et portrait d'intimes, éditions du Grésivaudan, 1986-1987, avec des photographies de Mario Poletti.

Georges Brassens : entretiens et souvenirs intimes, Éditions Équinoxe, 2001

  • Robert Albiol, adjoint au maire de la ville de Sète et chargé des Affaires Culturelles.
  • Monsieur Darbelet, proviseur du lycée Paul Valéry de Sète.

Georges Brassens l’anticonformiste

De mère napolitaine et de père français, plutôt anarchiste indépendant, peu attaché aux choses officielles, Georges Brassens ne pouvait pas ne pas composer celle qui reste certainement la plus fascinante et la plus troublante de ses chansons, La Non-demande en Mariage.

Sur la scène de Bobino, le 19 janvier 1967, Georges Brassens chante La Non Demande en Mariage, accompagné de Pierre Nicolas à la contrebasse.

Enfant volontiers solitaire, devenu un adulte pour lequel ne comptent pas vraiment les feux de la rampe, Georges Brassens s’attache surtout à sa prose, à ses compositions à la guitare, en un mot, à son style qu’il ne trouvera pas tout de suite.

Il met également en musique des poèmes de François Villon, Victor Hugo, Paul Verlaine, Charles Baudelaire, Paul Fort, Antoine Pol, ou encore Louis Aragon.

Brassens reçoit le Grand prix de poésie de l'Académie française en 1967.

Georges Brassens, parlant de son père :

Je tenais ce caractère un peu farouche du vieil ours

Georges Brassens et Jeanne Planche

En 1944, dans Paris en guerre, une improbable rencontre va changer le destin de Georges Brassens. En effet, Jeanne a cinquante ans et lui, dix-neuf, lorsqu’ils tombent amoureux l’un de l’autre.

Un film de Delphine Deloget raconte ce bel amour. Réalisé en 2011, Brassens et la Jeanne est coproduit par France 3 et la société Aligal, avec une musique originale composée par Christophe Rodomisto, et la voix off tirée du journal intime de Brassens lue par Christophe Miossec.

Jeanne cache le jeune Georges dans son impasse parisienne, croit en son talent, et l'accompagne sans faillir vers la célébrité.

Le 29 novembre 1967, Georges Brassens, sur la scène des Tréteaux de France, interprète la chanson Jeanne, accompagné à la contrebasse par Pierre Nicolas.

Le succès

Dès le milieu des années 1950, le succès va grandissant, mais toujours l’artiste reviendra dans sa ville bien-aimée, pour retrouver sa famille et ses amis de toujours.

Dix ans après sa mort, à l’époque de la diffusion de cette Chronique Sauvage, germe le projet d’un musée Georges Brassens, comme signe fort de reconnaissance de la ville à l'un de ses enfants.

L’Espace Georges Brassens ouvrira ses portes en 1991.

Aujourd’hui, ce lieu de mémoire est devenu, grâce aux nouvelles techniques de l´image et du son, un lieu très vivant où sont proposés des films et des récitals inédits.

Il reçoit plus de 50 000 visiteurs par an.

Le 16 mars 1969, Georges Brassens interprète Auprès de mon Arbre devant Monique Morelli et Jean-Pierre Chabrol. Un document INA.

À l'époque de cette chronique, à Sète, au lycée Paul Valéry, un établissement qui date depuis plus d’un siècle et qui a accueilli comme élèves Jean Vilar ou Georges Brassens lui-même, met en place une action éducative qui œuvre sur la poétique et le langage.

Brassens rejoint son éternité au cœur même de la ville qui l'a vu naître.

Georges Brassens, dans Supplique pour être enterré sur la plage de Sète

Vous envierez un peu l'éternel estivant, qui fait du pédalo sur la vague en rêvant, qui passe sa mort en vacances...

Brassens et France Inter

Une série des Médias Francophones Publics consacrée à Georges Brassens est diffusée depuis l'été dernier sur le site de France Inter, et vous pouvez la réécouter ici !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.