Comme chaque vendredi , retour sur une décennie de chansons de film. Un florilège subjectif pour remonter le temps de l'histoire du cinéma et de l'Histoire tout court... Aujourd'hui, place aux années 50 !

Audrey Hepburn et Fred Astaire en 1957 dans la comédie musicale de Stanley Donen "Drôle de frimousse" ("Funny face").
Audrey Hepburn et Fred Astaire en 1957 dans la comédie musicale de Stanley Donen "Drôle de frimousse" ("Funny face"). © Maxppp / Picture alliance

C'est d'une certaine façon la crise : un "vieux cinéma" ne parvient pas vraiment à mourir, tandis que les nouvelles vagues ont du mal à naître vraiment. Et pourtant, on continue de chanter sur grand écran, de Paris à Hollywood en passant par Rome et Rio. On chante sur fond de polar, de western ou de comédie sociale. On chante de grands standards ou de pures créations, qu'on soit star du cinéma, de la chanson, ou de la rue. Au cours de cette promenade enchantée, on entendra :

  • « La Ronde », dans le film éponyme de Max Ophuls (1950) 
  • « A tous les amoureux du monde » par Patrice et Mario dans Le Troisième homme de Carol Reed (1949) (Medley avec la version instrumentale)
  • « Ci basta una capanna » dans Miracle à Milan de De Sica, chanson-extrait à la fin du film entonnée par une foule de clochards. (1951)
  • « Get away young man » par Marlène Dietrich dans L’Ange des maudits de Fritz Lang (1952)
  • « Taratata » par Emile Prudhomme dans Le Gang des pianos à bretelles de Gilles de Turenne (1953)
  • « Le Grisbi » par Aimé Barelli, la chanson n’est pas dans le film Touchez pas au grisbi de Jacques Becker (1953)
  • « Mambo Bacan » par Sophia Loren dans La Fille du fleuve de Mario Soldati (1955)
  • « I’d rather Have The Blues » par Nat King Cole dans En quatrième vitesse de Robert Aldrich, scène d’ouverture (chanson via autoradio) (1955)
  • « Funny Face » par Hepburn et Astaire dans le film éponyme (en français Drôle de Frimousse) (1957)
  • « Paris BB » par Christiane Legrand (sans paroles mais avec vocalises) dans Une Parisienne de Michel Boisrond (1957)
  • « My Funny Valentine » par Kim Novak (doublée) dans La Blonde ou la Rousse de George Sidney (1957) 
  • « Bonjour Tristesse » par Juliette Gréco dans le film éponyme de Otto Preminger (1958)
  • « Felicidade » par Marpessa Dawn dans Orfeu Negro de Marcel Camus (1958)                   
  • « King Creole » par Elvis Presley dans le film éponyme de Mikael Curtiz (1958)

On vous recommande le festival de musique de Forez avec une journée spéciale Cinéma ! 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.