"On the road again", accompagné par la playlist musique et cinéma de Bernard Lavilliers

Bernard Lavilliers
Bernard Lavilliers © Thomas Dorn

Notre programmateur musical du jour est entré dans la carrière sous le signe des poètes et des Barbares, tout en se revendiquant Stéphanois. En 50 ans de carrière, la route du chanteur a croisé celle du cinéma, notamment pour Neige de Juliet Berto (1981) ou pour Rue Barbare de Gilles Béhat (1984) dont il signe les B.O. Pour son dernier album, 5 minutes au paradis (2017), plus mélancolique que les précédents, il a notamment convoqué le chanteur-acteur Benjamin Biolay sur deux titres "Montparnasse Buenos-Aires" et "Paris la grise". En tournée dans toute la France jusqu'au début de l'automne, il sera aussi l'invité d'honneur de Thierry Frémaux au Festival  "Lumière" le 16 Octobre à Lyon. Il partage aujourd'hui avec nous : 

  • “Don't worry, be happy” de Bobby McFerrin dans Jarhead : La fin de l'innocence de Sam Mendes (2005)
  • “Streets of Philadelphia” de Bruce Springsteen dans Philadelphia de Jonathan Demme (1994)
  • “Midnight Shadows” de Bernard Lavilliers dans Rue Barbare de Gilles Béhat (1984)
  • “As time goes by” par Chet Baker extraite de Casablanca de Michael Curtiz (1947)
  • “Requiem pour un con” par Jacques Higelin et Danielle Darc extraite de Le Pacha de Georges Lautner (1968)
  • Reprise “Les feuilles mortes” par Bernard Lavilliers extraite de l'album Arrêt sur image (2001)
  • “Purple Rain” de Prince dans Purple Rain d’Albert Magnoli (1985)
  • “15ème round” de Bernard Lavilliers dans Stella de Sylvie Verheyde (2008)
  • “The end” de The Doors dans Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (1979)

Choisies par notre programmateur mais pas passées dans l'émission : 

  • "Porque te vas" par Jeanette dans Cria Cuervos de Carlos Saura (1976)
  • "Piensa en mi" par Luz Casal dans Talons aiguilles de Pedro Almodovar (1992)
  • "Born to be Wild" par Steppenwolf dans Easy Rider de Dennis Hopper (1969)
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.