Aujourd'hui Gilles Jacob raconte ses souvenirs d'enfant juif caché pendant la deuxième guerre mondiale : sa famille se réfugie d'abord à Nice pour fuir l'occupant nazi, puis il trouve refuge dans un pensionnat catholique où on accepte de cacher son frère et lui.

L’épisode est connu des habitués de Cannes car il a inspiré une scène à Louis Malle dans son filmAu revoir les enfants « Sauf que les gamins qu’évoque son film ne sont jamais revenus » tempérait le président du Festival en 2009 dans une interview accordée à l’hebdomadaire catholiqueLa Vie . « Une telle expérience vous marque à vie , poursuivait-il,j’en ai gardé une inquiétude, une fébrilité ».

Après la guerre ce sont les années des ciné-clubs et de la passion cinéphile aux côtés de jeunes gens qui seront les cinéastes de la Nouvelle Vague.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.