Clara Dupont-Monod et ses chroniqueurs Alexis Lacroix et Gilles Heuré reçoivent ce samedi Georges Vigarello pour "La Silhouette. Naissance d'un défi, du XVIIIe siècle à nos jours" (Seuil)

« SOS Silhouette » proclame, avec insistance, le titre d’un livre récent. La silhouette et son profil d’emblée visible sont devenus indices de bien-être possible, voire de conformité, autant qu’indices de troubles possibles, voire de danger. L’une et l’autre doivent être l’objet de surveillance intime. Ils doivent s’évaluer, se travailler. L’état de la silhouette est quasiment aujourd’hui une valeur : une présentation spécifique de soi. Ce mot « silhouette » pourtant, apparu dans les années 1760, longtemps cantonné à l’univers des dessinateurs, n’a pas toujours eu l’enjeu qu’il cristallise aujourd’hui. Ses glissements de sens sont nombreux. Ils révèlent la place croissante prise par le regard porté aux allures et aux anatomies. Comme ils révèlent la place croissante prise par les pratiques censées les maîtriser.

Georges Vigarello
Georges Vigarello © radio-france

Cette histoire du thème n’est pas faite. Le mot, les images qu’il suscite, les comportements qu’il réfère, ne sont étudiés ni dans leur itinéraire iconographique ou lexical, ni dans leur itinéraire culturel. Aucun doute pourtant : cette histoire a un sens, une « logique » conduisant à faire de la silhouette, avec notre modernité, l’objet d’un défi inégalé et que ce livre s'attache à dévoiler.

Idées reçues

« Le porno pour les mères de famille ce n’est pas pour demain »

Vrai d'après Clara Dupont-Monod, la preuve parCinquante nuances de Grey de E.L. James (JC Lattès)

« On a tout dit sur la guerre de 14 »

Faux selon Gilles Heuré, la preuve par 14 de Jean Echenoz (Editions de Minuit)

« Flâner, c’est perdre son temps »

Faux d'après Alexis Lacroix, la preuve par Marcher ou L'art de mener une vie déréglée et poétique de Tomas Espedal (traduit du norvégien par Terje Sinding, Actes Sud)

L'anniversaire oublié

Gilles Heuré évoque la bataille d'Alésia et septembre 52 av. J.-C., autour du livreAlésia, le tombeau de l'indépendance gauloise : 27 septembre 52 av. J.-C. de Jean-Louis Brunaux (Gallimard)

Mais pourquoi

Pourquoi la politique passionne les écrivains ?

Clara Dupont-Monod reçoit Jérome Charyn à l'occasion de la parution de son roman Sous l'oeil de Dieu (Mercure de France)

Le neurone en folie

Et si Obama n'était pas à la hauteur?

Alexis Lacroix évoque Barack Obama. La Grande Désillusion d'André Kaspi (Plon)

Laissez vos coups de coeur et coups de gueule sur notre répondeur au 01 56 40 52 85

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.