Une troisième et dernière émission, aujourd'hui, consacrée à cette formation légendaire qu'est le Beaux-Arts Trio, que nous avons entendu dans un répertoire très étendu. Nous commençons avec un Trio que le Beaux-Arts Trio a sorti de l'oubli dès le début de ses activités au milieu des années 50. Enrique Granados, compositeur et pianiste espagnolné en 1867, reste marqué par les influences qu'il a subies de Chopin, Wagner, Schumann et Grieg. C'est flagrant dans les quelques oeuvres de musique de chambre qu'il a composées, un quatuor à cordes, un quintette avec piano et ce trio, publié après sa mort accidentelle en 1916. Mais il y a aussi la veine folklorique, l'Espagne secrète de Granados, le rythme, le rebond, le coup de talon sur le sol. Et cela s'entend dans le brio Scherzetto du Trio op.50 enregistré en 1995 par le Beaux-Arts Trio, composé à l'époque de Ida Kavafian au violon, Peter Wiley au violoncelle et de l'inamovible mais si inspiré Menahem Pressler au piano.

Beaux-Arts Trio en 1980
Beaux-Arts Trio en 1980 © Radio France / Inconnu

1/GranadosTrio op.50 , scherzetto, vivace molto

2/BeethovenBagatelle pour piano op.126 n°5

Menahem Pressler

3/SchumannTrio n°1 op.63 2ème mvt “Lebhaft, doch nicht zu rasch”

4/BrahmsTrio n°2 op.87 Andante con moto

5/Mozart Finaleallegro du trio K542 en mi majeur

6/Saint-SaënsTrio n°1 op.18 Extrait du Final, allegro

7/SchubertTrio n°1 D898 Final, rondo, allegro vivace

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.