Aujourd'hui, ouvrons le premier de quatre chapitres consacrés à Franz Schubert .

Faisons tout d'abord comme lui : adressons un message de gratitude à la musique, qui nous rend plus fraternels et plus aimants. Le poèmeAn die Musik, dont Schubert a fait un de ses lieders les plus emblématiques, dit ceci :

Ô toi, art tout de noblesse, que de fois, en ces tristes heures où la vie resserrait son étau, tu m'as réchauffé le cœur, tu m'as transporté dans un monde plus clément! Souvent, un soupir échappé de ta harpe, un doux accord céleste, m'a ouvert d'autres cieux. Ô toi, art tout de noblesse, sois en remercié !

Schubert
Schubert ©

1/"An die Musik", Lied

Christa Ludwig, mezzo / Geoffrey Parsons, piano

enregistré en 1961

2/Symphonie n°2 D125

final Presto vivace

Staatskapelle de Dresde, direction Herbert Blomstedt

3/Quatuor D32 en ut Majeur

Andante

Quatuor Kodaly

4/Sonate D664 pour piano

final Allegro

Radu Lupu

(Cd Decca)

5/Sonate "Arpeggione" D821

premier mouvement Allegro moderato

Antoine Tamestit, alto / Markus Hadulla, piano

(Cd Naïve)

6/Choeur "Die Nacht"

RIAS Kammerchor, direction Marcus Creed

(CD Harmonia Mundi)

7/Choeur "Nachthelle" D892

RIAS Kammerchor, direction Marcus Creed

8/Quatuor "la jeune fille et la mort" D810

Final Presto

Quatuor Alban Berg (EMI)

9/Gretchen am Spinnrade / Marguerite au Rouet, Lied

Christa Ludwig, mezzo / Geoffrey Parsons, piano

enregistré en 1961

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.