Leonard Bernstein, artiste de tous les superlatifs.

Toutes nos vies se consacrent à résoudre des conflits, ce n'est qu'après la mort que l'on peut finalement percevoir si nous y sommes, ou non, parvenus

Bernstein
Bernstein ©

Leonard Bernstein, New York Times 1965

1/Schumann Piano Quintet, 1er mouvement

Leonard Bernstein, Juilliard String Quartet

2/Mahler Symphonie n°3, 5e mouvement

Christa Ludwig, New York Philharmonic, Leonard Bernstein

3/Bernstein West Side Story Symphonic Dances, Cha-Cha & Meeting Scene

Leonard Bernstein, New York Philharmonic

4/Bernstein Symphonie n°2, The Age of Anxiety, Prologue et 1er mvt Leonard Bernstein New York Philharmonic

5/Bernstein Chichester Palms, 2e mvt

Leonard Bernstein, Orchestre Philharmonique d’Israël, Maîtrise de Vienne

6/Bernstein Songfest, Duet « I, Too, Sing America/Okay Negroes »

Rosalind Elias, John Reardon, Leonard Bernstein National Symphony Orchestra

7/Bernstein Slava, Ouverture Politique

Leonard Bernstein, Israël Philharmonic Orchestra

8/Bernstein Symphonie n°3 Kaddish, « Invocation »

Yehudi Menuhin, Orchestre Philharmonique de Radio France, Yutaka Sado

9/Bernstein West Side Story Quintet & Chorus

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.