Hephzibah Menuhin, la sœur de Yehudi - grand violoniste -, aurait eu cent ans en mai dernier. Pour célébrer cette pianiste engagée au parcours atypique, Warner sort un coffret, « Homage », conçu et agencé par Bruno Monsaingeon...

Bruno Monsaingeon, génial portraitiste des plus grands musiciens, avait ce désir profond de rendre hommage à Hephzibah Menuhin. Il raconte magnifiquement son histoire dans un texte qui accompagne le coffret, grâce auquel on découvre en plus d’une musicienne absolument exceptionnelle, une femme aussi humble que flamboyante, profondément originale et engagée...

Hephzibah, ça veut dire désirée en hébreu - ce qu’elle fut ardemment par Yehudi, de quatre ans son aîné, qui rêvait d’avoir une petite sœur. Dès leur plus jeune âge, le duo se forme, et Hephzibah se révèle aussi douée que son frère.

«  C’est lui qui m’apprit à lire la musique, et lorsque nous nous mîmes à jouer ensemble, il faisait vivre chaque phrase et ressortir les moindres détails de la partition que nous répétions, de sorte que je connaissais l’œuvre en profondeur au moment de l’exécution. Je n’avais plus qu’à me laisser guider par le jeu de Yehudi. Je l’aurais suivi n’importe où... »

Yehudi dit lui d’Hephzibah : « Elle était tout pour moi. Subrepticement et sans bien nous en rendre compte, nous avions commencé à jouer ensemble à la maison. Il ne s’agissait pas d’un acte délibéré, mais de la simple extension naturelle de notre relation de frère et sœur. 

Hephzibah avait un sens du style absolument prodigieux : limpide, pénétrant, parfaitement précis et pur, exactement tel qu’elle était elle-même... Yehudi Menuhin 

Pour autant, la carrière d’Hephzibah a été bien différente de celle de son frère... Parce que l’idée même de carrière n’existait pas pour elle. A 18 ans, elle a épousé un Australien et renoncé un temps à ses concerts. Elle se remit au piano pendant les années de guerre, et donna au profit de la Croix-Rouge des récitals - avec au programme, entre autres, les Variations sérieuses de Mendelssohn...

La guerre finie, lorsqu’ Hephzibah Menuhin retourne en Europe et prend conscience de l’horreur des camps, c’est un bouleversement profond. Elle s’éprend d’un juif autrichien rescapé de la Shoah, et quitte tout pour s’installer avec lui à Londres, où elle accueille chez elle miséreux, orphelins, anciens prisonniers et mères abandonnées...

Ce coffret du centenaire, écrit Bruno Monsaingeon, sera, espérons-le, une occasion de découvrir ou de redécouvrir avec émotion cette femme rebelle, exquise et généreuse, aussi bien que cette immense pianiste, qui mériterait de figurer au Panthéon des grandes figures féminines du XXème siècle...

« Homage » à Hephzibah Menuhin, c’est un coffret réunissant 9 CD et 2 DVD qui vient de paraître chez Warner Classics.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.