Retransmission en direct au cinéma le 14 octobre.

Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart vers 1780 peint par Johann Nepomuk della Croce.
Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart vers 1780 peint par Johann Nepomuk della Croce. © Getty / UniversalImagesGroup / Contributeur

En ce moment, au MET, le Metropolitan Opera de New York, se joue "La Flûte enchantée", de Mozart. Alors quelques chanceux y seront peut être, mais pour les autres, et bien, il sera possible de voir au cinéma cette production, puisque le réseau Pathe Gaumont et de nombreuses salles indépendantes vont diffuser en direct la représentation du 14 octobre prochain...

C'est la 10ème saison du MET au Cinema, et si bien sûr, rien ne remplace l'expérience du spectacle en vrai, les sensations sont présentes, d'une part, parce que c'est souvent bien filmé, qu'on est au plus près des visages, et d'autre part, parce que c'est en direct, donc la tension, et le risque sont là.

Et comment résister au plaisir d'entendre encore et encore le chef d'œuvre de Mozart.

"La Flûte enchantée", créée deux mois avant la mort de Mozart, sur un livret d'Emmanuel Shikander, est un Singspiel, c'est à dire une forme faisant alterner le chant et les dialogues parlés, conciliant musique savante et musique populaire. Un sommet, pour Beethoven, réunissant toutes les formes du chant, de la fugue au lied. Même Salieri, compositeur rival de Mozart, aurait déclaré l'ouvrage "digne d'être représenté devant les plus grands monarques".

A la fois conte pour enfants et philosophique, fable burlesque et récit à connotation maçonnique, La Flûte Enchantée a lieu dans un monde onirique chargé de multiples symboles. Tamino tombe fou d'amour pour Pamina, la fille de la Reine de la Nuit, en découvrant son portrait. La reine de la Nuit en profite pour l'exhorter à délivrer sa fille des griffes de Sarastro, qu'elle décrit comme un tyran qui la tient prisonnière.

Il sera accompagné par l'oiseleur Papageno, et guidé par les 3 dames de la Reine de la Nuit. Elles leur donnent 2 instruments magiques, chargés de les aider dans leurs aventures . A Tamino, une flûte. A Papageno, un Glockenspiel.

Arrivé au Temple, on découvre en Sarastro un homme plein de noblesse, qui contrairement aux dires de la Reine de la Nuit, veut mener Tamino et Pamina, s'ils traversent courageusement les épreuves imposées, vers la lumière. Folle de rage, La Reine de la Nuit apparaît dans un coup de tonnerre, et menace sa fille de la renier si elle ne tue pas Sarastro. C'est le moment de son grand air, tube absolu…. L’air aux vocalises pyrotechniques...

Malgré la fureur vengeresse de sa Mère, Pamina ne cédera pas, et nos deux amants, après avoir bravé toutes les difficultés, accéderont à l'amour, à la maturité, et empêcheront le monde de sombrer dans les ténèbres.

L'orchestre, le choeur et les solistes chantent l'utopie de la musique Mozartienne: la terre sera comme un royaume céleste.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.