Portrait d'une légende surnommée "le roi des rois parmi les pianistes". On l'écoutait au début dans les Kinderszenen de Schumann, compositeur dont il fut l'un des plus extraordinaires interprètes.

Vladimir Horowitz
Vladimir Horowitz © AFP / dpa Picture-Alliance

Une chance que j'ai eue grâce à mon père, un pianiste lui-même qui, en plus de me bercer à son piano, m'a dès mon plus jeune âge, initiée à la musique, notamment aux jeux de l'écoute comparée : il choisissait un morceau dont nous écoutions en famille environ cinq versions à l'aveugle avant d'élire chacun notre interprétation favorite.  

C'est ainsi que toute petite est apparue après mon père, bien sûr, ma première idole au piano. Quel que soit le morceau, le compositeur, mon choix se portait toujours, sans que je sache qui c'était, sur la version de Vladimir Horowitz.  

Vladimir Horowitz, né en Ukraine en 1903 et émigré aux États-Unis à la fin des années 1920, est une légende. Surnommé "le roi des rois" parmi les pianistes, on l'écoutait au début dans les kinderszenen de Schumann, compositeur dont il fut l'un des plus extraordinaires interprètes par sa propension à colorer chaque note, passer d'une humeur à une autre en un clin d'œil, donnant à entendre tant la fureur que la tendresse inouïe de Schumann. 

Horowitz a embrassé un répertoire très varié, de Bach à Moscou ski en passant par Mozart, Chopin, Schubert, Liszt, avec beaucoup le répertoire russe à l'honneur : Tchaïkovski, Rachmaninov, Prokofiev ou encore Scriabine.  

Pour les écoutes comparées avec les enfants, quelques recommandations 

Choisissez des morceaux plutôt courts : une étude de Chopin, une scène de Scarlatti, un mouvement de Mozart ou de Beethoven aussi. Et vous verrez : ça plaît vraiment aux enfants parce que c'est ludique. Et c'est, à mon sens le meilleur moyen pour développer leurs oreilles et leurs goûts.  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.