Pour fêter les 250 ans du compositeur, Anna Sigalevitch évoque chaque jour une symphonie. Nous arrivons ce matin à la Symphonie du destin : la cinquième.

Ludwig van Beethoven en 1818
Ludwig van Beethoven en 1818 © Getty / Universal History Archive

La célèbrissime 5ème est connue avant tout pour ce thème bien sûr, ce motif de 4 notes, trois brèves et une longue, dit "Motif du destin". Selon la légende, Beethoven aurait dit "Ainsi le destin frappe à la porte". C'est une légende, mais l'idée de l'homme en lutte avec son destin, est elle, tout à fait exacte, et typiquement beethovienne. Fidèle aux idées de Schiller, poète qu'il chérit, il suit son idée de la tragédie : mettre en scène un homme d'exception prompt à surmonter ses souffrances et à les transcender...

La 5ème, lors de sa création le 22 décembre 1808, laisse l'auditoire un peu perplexe, certains parlent d'une œuvre très longue, trop développée, mais l'écrivain E.T. A. Hoffmann ne s'y trompe pas, et écrira que l'œuvre, d'une grande unité, comme une géniale rhapsodie, ouvre sur le royaume de l'immense et de l'incommensurable...

La suite à écouter

Aller plus loin

  • Guide de la musique de Beethoven, par Elisabeth Brisson (Ed. Fayard)
  • Guide illustrée de la musique symphonique de Beethoven, par Michel Lecompte, (Ed. Fayard)

Versions écoutées : 

  • HERBERT VON KARAJAN, Ludwig van Beethoven : Les 9 symphonies / Vol 3, DGG 2003
  • LEONARD BERNSTEIN, Leonard Bernstein dirige Beethoven : Symphonies no. 4 & 5, Egmont ouverture / CD 5, SONY
  • HERBERT VON KARAJAN, Ludwig van Beethoven : Les 9 symphonies / Vol 3, DGG 2003
  • CARLOS KLEIBER, Ludwig van Beethoven : Symphonie n°5, DGG 1985
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.