Denis Cheissoux avait tourné un reportage au domicile de l'acteur et de l'amoureux des équidés, quelque part dans la Vallée de la Chevreuse

Denis Cheissoux avec Jean Rochefort
Denis Cheissoux avec Jean Rochefort © Radio France / Denis Cheissoux

Rediffusion d'une émission avec le grand Jean Rochefort, diffusée la première en 2007.

Un timbre incroyable, un peu doux timbré aussi, Rochefort fait partie de notre patrimoine.

Gentillesse, profondeur, élégance permanente même dans la dépression.

Après vous Denis, j’ai rendez-vous chez mon psychiatre, c’est comme les chevaux, faut bien les nourrir ces bêtes là … ».

Une dérision folle sur lui-même avant de l'avoir sur les autres.

Nous sommes dans les Yvelines, au sud de l'Ile-de-France, à Auffargis, en lisière de la forêt de Rambouillet, grande pourvoyeuse de cerfs, de biches, de sangliers « pour le plus plaisir des carrossiers », me disait-il. 

Jean Rochefort avait besoin d'un peu de place, non pas que notre comédien aux longues jambes fut très épais mais il y avait la grande passion hennissante de sa vie.

Pas de ces chevaux affublés de noms ridicules qui font le bonheur des turfistes, non ; mais des chevaux qui se destinent à sauter des barrières lors de concours internationaux.

Jean Rochefort et Denis Cheissoux en septembre 2007
Jean Rochefort et Denis Cheissoux en septembre 2007 © Radio France / Denis Cheissoux

Le sol est sablonneux, les chênes, les châtaigniers, les bouleaux nous saluent gentiment. Rochefort retire les cailloux des chemins de manière obsessionnelle pour éviter aux chevaux de les heurter.

Rochefort a besoin de ce rapport à la nature, ça l’apaisait.

C’était toujours une étincelle de bonheur que d'être quelques instants avec Rochefort. On était rassuré, lui qui ne l’était pas tant que ça. 

Le soleil était là, c’était en septembre 2007.

Fermez les yeux et suivez-nous pour attraper, vous aussi, cette belle étincelle de vie.

Programmation musicale

  • Du sang sur les congas - Cléa Vincent
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.