Denis Cheissoux nous fait visiter le jardin de Pierre Perret, quelque part en Seine-et-Marne

Pierre Perret et Denis Cheissoux dans le jardin du premier, en 2005
Pierre Perret et Denis Cheissoux dans le jardin du premier, en 2005 © Radio France / Denis Cheissoux

Il s'agit d'une rediffusion d'une émission diffusée la première le 10 septembre 2005.

Dans le jardin de Pierre Perret

Pierre Perret a toujours chanté contre les inégalités, le racisme et la marchandisation de la nature.

Il n’est pas du tout un chanteur estampillé France Inter, il n'a pas la carte mais il est un des premiers à avoir chanter l‘environnement, l’écologie, la destruction du vivant : « C’est bon pour la santé », « Vert de colère », « Je te tue » sont des petits modèles du genre.

En 2005, Denis Cheissoux l’a rencontré chez lui à Nangis, en Seine-et-Marne, dans son îlot de verdure, de clématites en fleurs, entourées de plaines céréalières pesticidées jusqu’au trognon, dont les cours se décident sur le marché de Washington.

Et chez lui, les abeilles ont le statut de réfugiées chimiques.

Au cœur du jardin, du potager, des topinambours, et des arbres en compagnie des chiens, ce reportage fabrique très modestement un petit bout de monde idéal en équilibre.

D’où vient le besoin, le goût de nature de Pierre Perret ?

Du Tarn-et-Garonne bien-sûr ! De sa grand mère Anna, du Café du pont  ; cela ne l’a pas quitté.

Plus de solidarité, d’engagement en faveur de l’environnement, de l’envie, des sourires, du bien-être et une dénonciation du profit immédiat .

Mon discours peut être angélique, mais je m’en fous.  Je préfère être ridicule que salaud. »

Et ses propos sont toujours très actuels.

Programmation musicale

  • Duo - Katerine / Angèle/ Chilly Gonzales
  • Pastime paradise - Stevie Wonder
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.