C'est dans son jardin de Verderonne, dans l'Oise, que Denis Cheissoux avait rencontré l'artiste en 2012, décédée le 23 septembre 2020

Juliette Greco et Denis Cheissoux en 2012, à Verderonne (Oise)
Juliette Greco et Denis Cheissoux en 2012, à Verderonne (Oise) © Radio France / Denis Cheissoux

L'actu

L'avocat spécialiste en droit de l'environnement Arnaud Gossement nous éclaire sur l'affaire de la tourterelle des bois.

Avec la chanteuse Juliette Gréco dans son havre de verdure de l'Oise

Le lieu : vous voyez Lille ? On est à 150 kms au sud. Vous voyez Paris ? On est à 60 kms au nord, dans l’Oise, jamais loin d’un parc naturel régional. 

Je l’ai appelée : 

Ce n’est pas pour vous faire parler de vos rencontres avec Sartre, Prévert, Miles Davis, Vian, Gainsbourg ou de votre relation avec votre mère … mais de nature ! "

Je vous dis oui tout de suite, on ne m’interroge jamais sur la nature ! Là, je ne peux pas, je chante en Allemagne, après je suis en Suisse, mais dimanche 29 avril, je peux ».  

Ca ne vous dérange pas si je viens à vélo, déguisé en clown parce dimanche c’est jour de vélo ?!"

Pas du tout, vous me le présenterez ! J’en ai fait beaucoup plus jeune et durant la guerre."

juliette gréco
juliette gréco © Radio France / JM Lubrano

Elle est partie là, à l’entrée de l’automne, et m’avait ouvert la porte de son jardin au printemps 2012.

Elle se partageait entre l’Oise et Ramatuelle. 

Il avait plu le matin, il y avait du soleil quand elle m’a ouvert. Elle avait envie de parler de nature et les fleurs l’écoutaient.

Elle part aux dernières stridulations des grillons, ces dernières notes d’été vont l’accompagner, vont rejoindre le froid qui l’a envahie.

Juliette, dame en noir mais toutes en couleurs comme les fleurs de son jardin. 

Courage, indiscipline, poésie, révolte et élégance. 

Son chant parlé était une signature, marqueur du temps donc de nos vies. 

Elle connaissait par cœur son grand jardin, ses arbres, arbustes, fleurs. 40 ans de complicité.

Le matin, il pleuvait et l’après-midi, avec une gamine de 85 ans, c’était soleil, vent, bien être, nature, simplicité délicieuse, tasse de thé et chaleur humaine.
Gérard Jouannest n’était pas loin… 

Tu ne fais pas de piano durant l’interview, s’il te plait  ?" 

Nous sommes dans le jardin de celle qui se définissait avec humour non pas comme un mythe mais comme une mite de St Germain des Prés. Elle n’était pas toute nue sous son pull mais le jardin ivre de printemps devenait maboule.

Programmation musicale

  • Deux au monde - Juliette Gréco
  • Little runaway - Celeste
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.